La sécurité selon Google

Publié le par Yves-André Samère

C’est entendu, Google nous rend des tas de services gratuits : Google Earth pour visiter la Terre entière vue d’un satellite ; Google Maps pour nous balader dans les rues de la plupart des villes des pays avancés (pas en Afrique !), Google Mail pour gérer notre courrier électronique, Picasa pour stocker nos photos et les montrer (éventuellement) à nos amis, Google Drive pour stocker nos données, et j’en oublie certainement. Ces trois derniers services n’exigent de vous que de créer un compte, c’est-à-dire une adresse électronique dans Google Mail, et c’est enfantin, puisque cela ne nécessite que de choisir le libellé de cette adresse et d’inventer un mot de passe.

Oui, mais voilà, les dieux qui règnent sur Google ont décidé qu’un simple mot de passe, ce n’était pas assez sûr (on peut se le faire voler), et envisagent de compliquer les choses – entendez, en charabia : les procédures d’identification. En foi de quoi, Eric Grosse, vice-président de Google responsable des sujets de sécurité informatique, et Mayak Upadhyay, ingénieur, travaillent à inventer un autre système – entendez, en charabia : un nouveau protocole de sécurité. Lequel s’ajouterait à la protection du mot de passe, voire le remplacerait ! Un genre de double authentification, toujours pour parler comme les gens qui ont fait des études.

Les deux zigotos ont donc pensé à utiliser en supplément un dispositif nomade, c’est-à-dire un objet que le possesseur du compte aurait toujours sur lui. C’est bien vrai, ça, on ne perd jamais les objets qu’on a sur soi... Pauvre de moi, qui passe mon temps à chercher mes clés, voire mon portefeuille. Cet objet serait ainsi, soit un smartphone (il faudrait donc obligatoirement en posséder un), soit une carte à puce, soit... une bague ! En or ? C’est Rachida qui va être contente. Il « suffirait » alors de brancher l’objet sur son ordinateur, dans un port USB par exemple.

C’est génial, comme disent les djeunz, mais si on perd le zinzin ? Très simple : les deux zozos de chez Google songent aussi à une procédure (le contraire m’aurait étonné) permettant de signaler le vol ou la perte, et donc d’en empêcher l’utilisation. Vous n’avez jamais perdu votre carte bleue ? Ça ne prend jamais que deux semaines pour en obtenir une autre... payante. Aucun inconvénient, par conséquent.

Sinon, il y a la biométrie : votre ordinateur vous reconnaîtrait grâce à vos empreintes digitales, ou à la forme de votre visage, ou en analysant votre iris (oui, votre œil, et oubliez ce gag du film Anges et démons, dans lequel des méchants ont tué un savant pour lui voler son œil, afin de pouvoir ouvrir une porte de sécurité).

Ces gens de Google, en somme, qui font tant pour nous protéger, veulent faire notre bonheur malgré nous. Voulez-vous que je vous dise ? Ce sont des bolcheviks !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
On n’a pas besoin de Butagaz à Paris. L’un des avantages de vivre ici.

Mais, pour ce qui est de ne pas pouvoir atteindre un service quelconque, la Poste n’est pas mal non plus. Et elle, malheureusement, elle sévit partout.
Répondre
D
Ce serait en effet la clé de la réussite.
Il n'y a pas que Google. Le plus humble Butagaz. J'ai essayé de m'inscrire sur leur site pour -enfin- recevoir ma livraison de propane (et éventuellement râler). C'était une bien nommée usine à gaz
avec mots de passe, questions intermédiaires et tout faux recommencez, etc. Tout juste s'ils ne m'ont pas demandé de rentrer mon numéro de sécu à l'envers pour ultime précaution.
Sûr que Butagaz est piraté tous les jours, vu que ce sont surtout des campagnards comme moi qui utilisent leurs services. Je vous vois venir : ce sont de dangereux criminels.
Répondre
Y
Ce serait la CLÉ de tous les problèmes.
Répondre
G
Alors moi, je propose un autre système de protection qui pourrait être infaillible.
Ce pourrait être une sorte d'objet assez lourd et imposant (pour ne pas le perdre sur son bureau (vous ne perdez jamais vos cartes Sd et vos clés usb? moi tout le temps...alors la bague...laissez
moi rire!)
Il pourrait être en métal par exemple, long d'une trentaine de centimètres et épais ou même de section circulaire.
A une extrémité, une sorte de poignée ronde et à l'autre bout, une forme découpée qui viendrait se caler dans votre compte gmail par exemple en y épousant exactement le même découpage en
négatif.
Il suffirait alors de tourner le truc vers la gauche pour ouvrir et vers la droite pour verrouiller le compte.
Astucieux, non?
Je pense le faire breveter si j'en ai les moyens.
Ou me faire embaucher chez Google.
Répondre