Le b-a-ba du journalisme

Publié le par Yves-André Samère

S’il y a, chez les journalistes, une manie qui me gonfle au plus haut point, c’est celle consistant à poser des questions qui contiennent la réponse. L’interrogé n’a plus qu’à hocher la tête et approuver ce qu’on lui suggère finement. Bien sûr, c’est pratique, pas fatigant, et on n’a pas besoin d’être Prix Nobel de Littérature pour donner la réponse convenable.

Exemples : demander à une célébrité étrangère si elle est contente d’être à Paris. J’attends encore qu’un mal élevé réponde que ça lui flanque à la fois de l’urticaire et la diarrhée verte, et qu’il n’a qu’une hâte, ficher le camp.

Ou encore, et c’est ultra-récurrent : demander à un acteur si le tournage du film dont il fait la promotion s’est bien passé. Inutile d’espérer entendre que le réalisateur était un incapable, les horaires absurdes, le salaire minable et les partenaires antipathiques. Même Béatrice Dalle n’oserait pas.

Cet après-midi, sur la place du Châtelet, il y avait une manifestation féministe, avec la présence de Tristane Banon. Un minus muni d’un micro lui demande si, à la veille de sa confrontation avec DSK devant un juge, elle a peur. Que vouliez-vous qu’elle répondît, la blonde enfant ? « Évidemment, que j’ai peur. Lorsque vous êtes confronté avec votre agresseur, vous ne pouvez qu’avoir peur ». C’est bien vrai, ça, Strauss-Kahn a l’habitude de violer les femmes en présence et dans le bureau d’un juge d’instruction. Et s’il ne les viole pas, il leur balance des torgnoles. Il fait ça tout le temps, c’est la moindre des choses.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Kalou 10/09/2017 18:11

Quel génie? J'adore votre sens de l'humour.

Yves-André Samère 10/09/2017 22:46

J’adore aussi MON sens de l’humour. Quant au génie, je reste sceptique, surtout à notre époque on on trouve tout génial.

Yves-André Samère 25/09/2011 13:36


Oh, je pense très peu, vous savez.

Pour la femme qui est l’avenir de l’homme, il faudra une table tournante si on veut interroger Aragon.


DOMINIQUE 25/09/2011 10:41


Vous avez dit "osé", donc c'est que vous le pensez.
Perfide.

Faudra qu'un jour on m'explique ce que veut dire "la femme est l'avenir de l'homme".


Yves-André Samère 25/09/2011 09:26


Je n’aurais pas osé écrire une telle perfidie sur les femmes. Qui sont tout de même l’avenir de l’homme.


DOMINIQUE 25/09/2011 09:06


La pauvre petite, elle a même pleuré. Elle est très très fragile.
Alors, voir son tortionnaire, c'est une épreuve quasi insurmontable. Dont elle s'est souvenue huit ans après.
"Ah, tiens, ça me revient maintenant : je connais ce type, il a tenté de me violer".
Les femmes ont une mémoire de palourde, c'est bien connu.