Le chevalier Stéphane Bern

Publié le par Yves-André Samère

Réjouissez-vous : Stéphane Bern sera prochainement fait Chevalier de l’Ordre de l’Empire britannique par la reine Élisabeth herself. Il était déjà Chevalier de l’Ordre de Grimaldi à Monaco, Officier de l’Ordre de Léopold en Belgique et Commandeur de l’Ordre d’Adolphe de Nassau au Luxembourg. Cela, pour honorer des personnalités ayant œuvré en faveur de l’amitié franco-britannique. Or, comme il dit, « Je ne porte rien, mais je ne refuse rien ». Belle maxime, digne d’un homme poli.

La remise de la médaille aura lieu le 5 juin, et il y aura une grande fête le lendemain. Quoique les mauvaises langues prétendent que c’est AUSSI pour commémorer les soixante-dix ans du Débarquement en Normandie, mais il ne faut jamais écouter les mauvaises langues.

Je profite de cette occasion pour tordre le cou à une légende tenace, propagée par les grincheux, et qui prétendent que la Grande-Bretagne a toujours été notre ennemie (« héréditaire », qu’y disent). C’est absolument faux, nous n’avons jamais été en guerre avec l’Angleterre. Et ne me parlez pas de la Guerre de Cent ans, elle n’a pas eu lieu entre les deux pays, mais entre deux factions composées de personnages qui étaient tous de la même famille. Ben oui, le roi d’Angleterre était un descendant du roi français Philippe Le Bel, puisque Isabelle, la fille de Philippe, avait épousé Édouard II, roi d’Angleterre, en 1308, et que Catherine, la sœur de notre Charles VII, a épousé Henri V, roi d’Angleterre. Depuis les Plantagenet, rois d’Angleterre, il n’existe sur les deux pays qu’une seule dynastie, qui est franco-angevine, et tout ce monde parle le français !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :