Le « choix » d’être homo

Publié le par Yves-André Samère

Je viens d’en lire une bien bonne. Il s’agit d’un imam de Bordeaux, qui veut prouver que tous les musulmans ne sont pas intolérants, ce dont je suis persuadé pour avoir vécu en Afrique Noire. Voulant bien faire, ce brave homme prend position à propos de l’homosexualité, mais commence sa tirade par une grosse bêtise : à la question d’un intervieweur « Pensez-vous que la personne peut choisir, de manière consciente, son désir vers un homme ou vers une femme ? », il répond sans hésiter : « Pour moi, l’homosexualité est un choix. Conscient ou inconscient, c’est un choix ».

Cette niaiserie, il n’est certes pas le premier à la proférer. Combien de mères « compréhensives » n’ont-elles pas répondu à leur fils (ou à leur fille), qui vient de révéler son homosexualité, « Mon fils [ma fille], si c’est cela ton choix, je le respecte » ? Sachant la somme d’ennuis à quoi peut s’attendre tout homosexuel dans une société où il sera éternellement minoritaire, souvent l’objet de moqueries, et parfois de persécutions (il y a encore des pays où cet état est passible de la peine de mort), je ne connais pas un homo qui, S’IL L’AVAIT PU, n’aurait pas choisi d’être hétérosexuel ! À quoi rimerait un « choix » qui va à l’encontre de tout ce que les autres tolèrent et leur fait l’effet d’un chiffon rouge agité sous le mufle d’un taureau ? Qu’est-ce qui le motiverait, ce choix ? Le désir d’embêter autrui, et de se faire persécuter, comme ça, pour le plaisir ?  

On ne choisit pas ses goûts, pas plus qu’on ne choisit la couleur de ses yeux. On NAÎT homo ou hétéro, et on n’y peut rien.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y

C’est plus que probable. Le malheureux devait déjà se sentir aussi à l’aise qu’un poisson dans un tas de ferraille, ce sale coup l’a achevé.


Répondre
D

Le jeune américain qui s'est suicidé parce que ses ébats avec un homme, filmés à son insu, ont été divulgués sur Internet, s'il avait eu le choix n'aurait-il pas été hétérosexuel ?


Répondre