Le français de Stéphane Guillon

Publié le par Yves-André Samère

Toujours aussi fabuleusement cultivé, Stéphane Guillon continue, comme ce matin, d’utiliser le mot aéropage... qui n’existe pas, le terme exact étant aréopage.

Comme sans doute le malheureux est trop fauché pour s’acheter un dictionnaire, on suggère au directeur de France Inter, un lettré, lui,  d’octroyer à Guillon une prime spéciale, afin qu’il puisse enfin acquérir cet outil indispensable aux gens qui vivent de l’écriture. (Croient-ils)

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

O
<br /> Merci de ces précisions. Personnellement je souhaite, à défaut d'une réponse, que des gens comme Guillon tiennent au moins compte des observations sensées qu'on leur fait. Dorénavant j'use d'un<br /> odieux stratagème : écrire à l'intéressé avec copie à Bern ou Demorand, histoire d'obtenir un chouya d'écoute. Une fois ça a marché et c'était avec... Didier Porte que je tiens en haute estime et<br /> savoure autant l'humour que la langue recherchés.<br /> <br /> <br />
Répondre
O
<br /> Stéphane Guillon fait partie de ces gens qui font comme si le mot "euro" possède un h aspiré et omet la liaison pour "cent ou vingt (t)euros" ou encore "deux cents (z)euros". J'ai poliment attiré<br /> son attention sur cette erreur, à plusieurs reprises. Peine perdue, il n'y arrive pas... Pour "aréopage", ça sera pareil. En tout cas on aura essayé.<br /> <br /> <br />
Répondre
Y
<br /> <br /> Il y a mieux, si j’ose dire, et j’avais relevé en son temps le fameux « trois mille-z-auditeurs », assené dans nos oreilles trois fois au cours de la même chronique.<br /> <br /> <br /> Au fait, inutile d’espérer une réponse de la part des cadres, chroniqueurs ou animateurs de France Inter. Les seules personnes qui m’aient jamais honoré d’une réponse, voire de plusieurs, sont<br /> Hélène Jouan, Frédéric Schlesinger (ancien directeur de la station), et bien sûr Stéphane Bern. Je ne parle pas de Didier Porte, qui est un ami personnel.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
D
<br /> Oh, il y a ce truc, rouge et ondulé sous les mots quand on les rentre sur l'ordinateur et qu'il est pas content (l'ordinateur). Même pas besoin d'un dictionnaire (faut savoir son alphabet, c'est<br /> compliqué).<br /> <br /> <br />
Répondre
Y
<br /> <br /> Guillon a dû le désactiver, parce que tout son écran était barbouillé en rouge.<br /> <br /> <br /> <br />