Le « neveu » de Napoléon

Publié le par Yves-André Samère

Cette semaine, « Le Canard enchaîné », dans son article Napoléon III plus très Bonaparte (page 1), a fait écho à la déclaration du professeur Lucotte, historien, selon laquelle Napoléon III ne serait nullement le neveu de Napoléon Ier. À ceux qui s’étonneraient de cette bouleversante révélation, je répondrai que l’hypothèse a déjà été soutenue il y a une bonne quarantaine d’années par l’historien Jean Savant, qui a beaucoup écrit sur Napoléon, et qui publiait Les cahiers de l’Académie d’histoire, dont j’ai une modeste collection. Cette hypothèse, en voici la teneur.

Pas encore empereur, Napoléon Ier avait épousé Marie Josèphe Rose Tascher de la Pagerie, qu’il avait surnommée Joséphine. Or Joséphine avait été mariée avec le vicomte Alexandre de Beauharnais, et en avait eu deux enfants, Eugène et Hortense. En 1802, toujours pas empereur, Bonaparte, qui avait adopté lesdits enfants, obligea Hortense à épouser son frère Louis Bonaparte, qu’il plaça plus tard sur le trône de Hollande. Hortense eut deux enfants, Louis-Napoléon, futur Napoléon III, et Auguste Demorny (illégitime, fils du fils lui aussi illégitime de Talleyrand), plus tard fait duc de Morny par son demi-frère devenu à son tour empereur.

Hortense n’aimait pas son mari, qui avait un sale caractère, et, lorsqu’il fut devenu roi, elle n’aima pas non plus le climat de la Hollande. Double conséquence : elle trompa abominablement son époux, et passa son temps en villégiature sous des climats plus sereins, avec une préférence pour Biarritz.

Naturellement, en reine qu’elle était, elle emmenait partout avec elle une cour composée d’admirateurs, d’amis... et d’amants. Et il se trouve qu’au moment présumé de la conception du futur Napoléon III, elle était bien loin de son mari (certains, qui tentent de se raccrocher aux branches, prétendent qu’ils se sont rencontrés à Toulouse à cette époque), et que celui-ci ne peut donc pas avoir été le père de ce dernier ! Il refusa d’ailleurs de reconnaître l’enfant, et ne céda que sur l’ordre de son empereur de frère, qui voyait se pointer un scandale carabiné.

Jean Savant, dont j’évoque ici les recherches, trouva, dans l’entourage d’Hortense, un père plausible pour Louis-Napoléon, un noble hollandais très distingué, Anatole Charles Alexis, marquis de La Woestine (1786-1870), sénateur de l’Empire en 1812, et dont les portraits montrent qu’il ressemblait étonnament au futur Napoléon III. C’était l’un des favoris d’Hortense, et sans doute un peu plus.

Il s’ensuit que Napoléon III n’avait aucun lien de parenté avec Napoléon Ier, ni par son père ni par sa mère, en dépit de la pieuse version officielle.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
Reçu d’un lecteur du Val d’Oise un commentaire que je ne valide pas, car il est trois fois plus long que l’article, et l’on doit garder les pieds sur terre : personne ne lirait un tel<br /> pensum.<br /> <br /> Résumons : ce lecteur conteste que le marquis de la Woestine ait été néerlandais, et il apporte quelques arguments montrant qu’il était français. Je veux bien, mais en quoi cela peut-il<br /> contredire l’essentiel de mon propos, à savoir que Napoléon III n’était probablement pas le neveu du Corse ? C’est souvent ainsi, on se focalise sur un détail, et on perd de vue le sujet<br /> traité. Comme disent les intellectuels, il faut savoir prendre du recul.<br /> <br /> Par ailleurs, mon contradicteur précise que le père de La Woestine était « d’origine belge » et né à Bruxelles. Or la Belgique n’existait pas encore quand le père présumé de<br /> Louis-Napoléon est né. Il est donc bien d’origine néerlandaise, même né à Paris. Le droit qui vous donne la nationalité du pays où vous êtes né, dit « droit du sol », n’est apparu en<br /> France qu’en 1851. Avant cela, vous aviez la nationalité de votre famille.
Répondre
Y
Hélas, ça m’a échappé. Un instant de distraction, sans doute. En revanche, la ressemblance entre Laurel et Hardy m’a immédiatement sauté aux yeux.
Répondre
C
Napoleon Ier dont le neveu ressemblerait comme 2 gouttes de Chambertin, à un ami de sa mère , cela me fait penser à Axel-Michel-Casimir-Jean-Jacques-Ciolek Poniatowski auquel j'ai toujours trouvé<br /> une forte similitude de trait avec Giscard Ier; personne n'en parle jamais ou alors ça m'aura échappé ! Votre avis peut-être?
Répondre
Y
C’est plus que probable, on ne va pas rectifier les livres d’histoire pour si peu. Et Jeanne « d’Arc » continuera aussi d’avoir sauvé la France. Et Clovis, d’avoir été le premier roi de<br /> ce pays...
Répondre
C
J'apprends tout cela. Mais a voir l'abime qui separe les deux, je me disais bien que Napoleon III avait du forligner...
Répondre