Le petit doigt sur la couture du pantalon

Publié le par Yves-André Samère

Hollande a bien fait d’aller dans le studio de France 2, hier soir, en vue de répondre aux questions de David Pujadas. J’ai toujours trouvé anormal que les présidents de la République, d’une part, convoquent les journalistes pour se faire interviewer à l’Élysée, et, d’autre part, qu’ils privilégient Télé-Poubelle pour se montrer au bon peuple. Inutile de commenter le second point : la France a une télévision d’État, c’est là que les officiels doivent apparaître, et pas chez les marchands d’espaces publicitaires et les vendeurs de temps de cerveau disponible.

Sur le premier point, il n’est pas supportable, et c’est de surcroît ridicule, que des journalistes acceptent de se faire convoquer par un chef d’État, et le remercient, avant et après l’entretien, d’avoir « accepté de répondre à [leurs] questions », alors qu’ils sont tout simplement en service commandé. Qui donc ces salamalecs peuvent-ils abuser ? Dans cet ordre d’idées, pourquoi les troufions, au temps où le service militaire existait, n’auraient-ils pas remercié leur adjudant de semaine de les avoir mis de corvée de latrines ?

(Je dis latrines, parce que je ne veux pas CHOQUER madame Chirac – laquelle me lit certainement – en écrivant le mot auquel vous pensez, bande de petits vicieux)

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :