Le serin et le gâteux

Publié le par Yves-André Samère

Les radios-télés devraient faire attention avec les personnages qu’elles invitent. Juste deux exemples montrant que c’est à double tranchant.

Sur RMC, Jean-Jaques Bourdin invite Roland Dumas, ancien avocat (du « Canard enchaîné », notamment) et ancien ministre de la Justice. Il s’est d’ailleurs déconsidéré en défendant Laurent Gbagbo, en compagnie de son puant confrère, feu Jacques Vergès, défenseur attitré de tous les dictateurs et nazis de la planète. Or Dumas s’est laissé aller à parler des influences que subirait Manuel Valls, en visant directement sa femme, Anne Gravouin, qui est juive – voir un article ICI. Dérapage fatal, qui lui a valu de se faire longuement qualifier de « gâteux » par le Petit Journal hier soir.

Mais ce soir, la boulette est d’une autre sorte : le Grand Journal, histoire d’illustrer les mille et une aventures de la loi Macron, invite sur son plateau deux jeunes patrons. Un qui vend des slips dans le Marais, et un autre, prénommé Guillaume, qui s’est instauré éditeur (et écrivain). Or ce dernier a... quinze ans ! Buzz garanti. Hélas, après le Zapping du jour, Antoine de Caunes a la mauvaise idée de demander à ce dernier ce qu’il a retenu dudit Zapping, et le jeune serin répond que c’est l’extrait de séquence montrant un jeu vidéo ultra-violent, prétendument mis en ligne par un site, Terrornet, qui vanterait les beautés de la terreur commercialisée. Il se dit très choqué, comme tout le monde en ce moment et un peu partout dans ce monde. Hélas, pas assez intelligent, le petit génie, pour avoir compris que c’était une parodie concoctée par le Gorafi, présent dans l’émission un jour sur deux.

La prochaine fois, Antoine de Caunes choisira-t-il d’inviter un gâteux, ou un collégien idiot ? Grave question.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
Vingt-sept ans et un séjour dans une émission de Télé-Poubelle, ça ne pardonne pas !
Répondre
J
Dommage que Jordy ait tant vieilli : on l'aurait invité pour son analyse de la réforme des rythmes scolaires.
Répondre
Y
J’ai vu, en effet. Mais Assane Coulibaly n’a sorti aucune idiotie. Il s’est contenté de réciter la leçon qu’on lui avait fait apprendre. Il devait être là pour faire oublier la stupidité du jour
précédent. Un clou chasse l’autre, tout comme une Nadine Morano fait oublier un Frédéric Lefebvre.
Répondre
J
Ils l'ont fait: le jeune Assane Coulibaly avait 10 ou 12 ans. Un grand moment.
Répondre
Y
Émission assez mal fichue, qui devient sans intérêt après les Guignols, avec des chanteurs ou des acteurs qui viennent vendre leurs salades. Mais avant huit heures, il y a de bons moments, le
Zapping, le Gorafi, et trois journalistes intéressants (pas Augustin Trapenard, qui est un lèche-bottes patenté).

Le Petit Journal, je ne le rate jamais. Avec l’air de se moquer de tout le monde, y compris de leur PDG, ils font un travail que les autres journaux ne font pas.
Répondre
B
Décidément vous confortez ,chez moi la bonne décision que j'ai eu depuis un an de ne plus regarder Le Grand Journal .
Juste un p'tit Barthès de temps à autre!
Répondre
Y
Oui, je connaissais le mot de Mitterrand. Pas faux. Hélas, il a nommé les deux comme ministres. Un de trop.
Répondre
D
Mitterrand : "j'ai deux avocats : pour le droit, Badinter, pour le tordu, Dumas".
Répondre