Un sursis, mais à tout prendre, qu’est-ce ?

Publié le par Yves-André Samère

Impossible de ne pas trouver un peu étrange cette notion du sursis qu’applique la Justice à la plupart des condamnés – sauf peut-être aux chapardeurs de vélos ou aux mères de famille qui chipent un pack de yaourts périmés dans un supermarché.

Le sursis, en somme, consiste à dire ceci à un condamné : « Tu as péché, mon fils. Mais le tribunal ne sera pas cruel, puisque c’est la première fois. Va, et ne pèche plus. Car, si on te reprenait avec les doigts dans le pot de confiture, cette fois, la taule, tu y goûterais ! ».

Chirac a donc été condamné à deux ans de cabane pour ses magouilles accumulées en dix-sept ans à la mairie de Paris. Mais le tribunal lui a accordé le sursis. Suis-je le seul à trouver absurde ce verdict ? Le sursis est une suspension de peine, qui est annulé si le condamné recommence. Or, quel risque y avait-il que Chirac recommence ses exploits ? Strictement aucun, puisqu’il a désormais autant de chance de se faire réélire à l’Hôtel de Ville que Steevy Boulay de décrocher un Molière (et encore : pour Steevy, je serai moins catégorique). Ce sursis est donc un coup d’éponge aussi définitif qu’hypocrite.

En fait, quand un tribunal ne veut pas accabler un condamné, il le condamne, mais avec dispense de peine. Ça existe, mais oui : si le condamné a réparé sa faute, on inscrit la condamnation sur son casier, mais il ne la fait pas. Était-il possible de faire de même avec Chirac, attendu que la mairie a été indemnisée ? On peut le discuter. Mais le sursis, c’est un verdict mi-chèvre mi-chou, qui ménage autant le condamné… que le juge, dispensé de se mouiller. C’est pourquoi il sert si souvent.

Naturellement, ce n’est que mon point de vue. Je ne suis pas aussi bon juriste que Roland Dumas.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D
Pour la récidive, vu que son cerveau c'est de la sauce blanche, hein.<br /> Cette condamnation sera mentionnée dans son casier judiciaire. Les deux ans sont la constatation de ses malversations. Le sursis n'est qu'un accessoire, pour lui éviter une prison inutile dans son<br /> cas.
Répondre