« Le voyage de monsieur Perrichon »

Publié le par Yves-André Samère

Vu hier soir sur France 3 Le voyage de monsieur Perrichon, téléfilm adapté de la pièce d’Eugène Labiche – un auteur du dix-neuvième siècle, très apprécié des metteurs en scène de théâtre, qui le jouent souvent, quoique un peu moins que Feydeau et Guitry, lesquels ne quittent quasiment jamais l’affiche, et il y a certainement une raison.

La pièce raconte comment Perrichon, un commerçant enrichi mais avare, plein de vanité mais lâche, inculte mais qui se pique d’avoir un petit talent d’écriture (il se trompe), dédaigneux des gens du peuple mais courant après la Légion d’Honneur, emmène sa femme et sa fille en villégiature au Mont-Blanc, en août 1860. Or deux jeunes hommes sont attirés par la fille, Henriette, et jouent des coudes pour se placer dans les bonnes grâces du père.

Le téléfilm était agréable à suivre, surtout à cause des paysages de montagne, qui curieusement ne montraient jamais la Mer de Glace dont il est beaucoup question – elle avait fondu ? –, et du talent de Didier Bourdon, parfait dans le rôle principal. Les couleurs donnaient volontairement dans le bariolage, conférant à tout cela un aspect artificiel justifié, et la comédie était courte, une heure et vingt-cinq minutes, ce qui est la norme des téléfilms de France 3. On ne s’en plaindra pas.

Cependant, j’ai des doutes sur l’adaptation. Je ne crois pas qu’un commerçant de cette époque aurait employé les mots et expressions technologie (au temps 6:18), bravitude (23:57), je vais m’le faire (56:40), discouru sur la pénibilité du travail (1:09:42), ni qu’un jeune homme aurait qualifié de cougar (1:24:12) l’épouse de Perrichon, femme mûre qui passe son temps à sauter sur tous les hommes jeunes qu’elle rencontre ! C’est le défaut habituel des adaptateurs : ils veulent se montrer modernes, voire « branchés », et produisent des contresens ou de la vulgarité.

La télévision serait bien avisée de diffuser, si elle l’a enregistrée, Un chapeau de paille d’Italie, jouée triomphalement l’année dernière à la Comédie Française (avec Pierre Niney), folle cavalcade sur une journée cahotique de mariage, qui est la pièce la plus connue de Labiche. Là, c’est presque du Feydeau.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Yves-André Samère 31/12/2014 08:21

Ne pas se laisser impressionner par le format TS, c’est en fait du MPEG, rien de plus. Tous les lecteurs de salon le lisent. Un des meilleurs logiciels de conversion en vidéo, c’est SUPER : il
fait tout et se trouve facilement.

Captvty, je m’en sers constamment, par exemple pour visionner Groland chaque semaine, ou les émissions qui passent trop tard.

Julien 31/12/2014 08:12

Par contre, je viens de découvrir l'option de conversion des fichiers dans captvty. C'est vraiment du bel ouvrage, ce logiciel !

Julien 31/12/2014 08:10

C'était implicite. Mais ma Xbox ne lit pas le format .ts, ce sera pour une prochaine fois.

Yves-André Samère 30/12/2014 19:53

Si tu le télécharges avec Captvty, puisqu’il passait samedi soir.

Julien 30/12/2014 19:17

Bon, je regarde ce soir.

Yves-André Samère 29/12/2014 16:31

C’est bien ce que je répète de temps en temps quand je parle des adaptations, elles sont souvent bêtes et vulgaires, parce qu’on se préoccupe de plaire à un public bête et vulgaire. On n’attrape
pas les mouches avec du vinaigre, elles sont attirées par une autre matière.

DOMINIQUE 28/12/2014 18:26

On trouve dans ces adaptations les mêmes défauts que dans certaines mises en scène d'opéras : à vouloir les rendre plus "contemporains" on les rend surtout plus vulgaires.