Légionnaires d’Honneur

Publié le par Yves-André Samère

J’ai du mal à comprendre comment des adultes, souvent au faîte de la réussite, et donc équilibrés a priori, peuvent accepter, voire solliciter, une quelconque décoration. Ceux-là en sont-ils restés au stade scolaire, quand on vous distribuait des bons points lorsque vous aviez bien récité vos leçons ou décroché une bonne note dans vos devoirs ?

On a su récemment que le dessinateur Tardi avait refusé une décoration, et il est loin d’avoir été une exception. Par exemple, le grand compositeur Maurice Ravel avait refusé la Légion d’Honneur (cette peau de vache d’Éric Satie, moins bon musicien que lui – selon moi –, avait commenté sobrement : « Monsieur Ravel refuse la Légion, mais toute son œuvre la mérite »).

Je trouve par ailleurs un peu fort de café que des journalistes, théoriquement indépendants du Pouvoir, acceptent une décoration, et je rappelle que les statuts du « Canard enchaîné » stipulent que tout rédacteur de ce journal qui recevrait une décoration serait renvoyé du journal le jour même ! Cela s’est produit une seule fois, en 1933, et le fautif était Pierre Scize. Pourtant, il avait reçu la Légion d’Honneur à titre militaire...

Quelques personnalités se sont vantées d’avoir refusé la Légion d’Honneur... alors qu’on ne la leur avait pas décernée ! Par exemple Geneviève de Fontenay. Mais La Fayette, lui, l’a réellement refusée.

Je conclurai en donnant quelques noms de personnalités qui viennent d’être décorées pour « la promotion de Pâques », comme on dit dans notre État laïque : la chanteuse Juliette, le journaliste Alain Duhamel (promu commandeur), le metteur en scène de théâtre Peter Brook (aussi commandeur), le réalisateur de cinéma Costa-Gavras (officier), le navigateur François Gabart (chevalier), l’avocat Henri Leclerc (commandeur), la PDG d’une société de parfums Brigitte Taittinger (chevalier), la journaliste Michèle Cotta (commandeur), et l’éditeur Paul Otchakovsky-Laurens, fondateur des éditions P.O.L.

Il y a des centaines d’autres. Un grand bravo à toutes ces personnalités qui ont su faire la preuve de leur indépendance et museler leur fierté !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
Erik ou Éric ? En fait, je lui ai attribué le prénom qu’on lui avait donné à sa naissance, et qui était bien en version française ! Car, né à Honfleur, il était français.

Mais Satie faisait apparemment partie de ces gens qui se donnent un prénom de fantaisie pour se revaloriser un peu. Même Montherlant ne se prénommait pas « Henry », mais
« Henri », tout simplement. Il y a des centaines d’exemples. Et on peut s’amuser à écrire que, ainsi, le réalisateur Léos Carax s’appelle en fait Alexandre Dupont. Quant à John Wayne, son
véritable prénom était... Marion !
Répondre
T
Il s'agit d'Erik Satie et non Eric.
Répondre
Y
Juliette, chevalier de la Légion d’Honneur (on ne peut pas dire « chevalière » ?), c’est comme si Dieudonné se convertissait au judaïsme !
Répondre
J
Etonné aussi pour Juliette, mais son penchant pour la gauche explique peut-être cela ?!
Répondre
D
Moi aussi, pour Juliette cela m'a étonnée. Nobody is perfect !
Répondre
Y
Ce hochet donné à Juliette, c’est précisément ce qui m’a incité à écrire cette note. J’ai beaucoup de mal à comprendre. C’est un peu comme si on avait invité l’abbé Pierre à présider le jury de
Miss Monde.
Répondre
Y
Oui, mais les Palmes académiques, pour un instituteur, ça représente quelque chose de réel, en rapport avec son métier – et une compensation morale pour son faible salaire. À quoi rime une Légion
d’Honneur pour une femme qui dirige une entreprise fabriquant des cosmétiques ? Ce n’est pas ce qu’on appelle « un service rendu à la Nation » !

Quant à récompenser un journaliste commentateur politique, cela équivaut à reconnaître qu’il n’a pas fait grand-mal au Pouvoir, tout au long de sa carrière...
Répondre
D
Vous souvenez-vous dans Pagnol, quand son père a reçu "les Palmes" ? Couronnement de sa carrière d'instituteur. Raconté comme l'a fait Pagnol, c'est tellement mignon.
Répondre
D
Puisque c'est la promotion de Pâques( comme dans mon supermarché), ils méritent donc La cloche d'honneur.
Et Juliette...je suis surprise qu'elle l'ait demandée et acceptée.
On n'a donc qu'une image imparfaite des gens "de média" que l'on apprécie.
Répondre