Les morts comiques : le bourreau maladroit

Publié le par Yves-André Samère

Dans mon quartier, j’emprunte souvent la rue Baltard, qui traverse le jardin très moche couvrant le Forum des Halles. Autrefois, sous la monarchie, un pilori se trouvait là. Quoi ! Vous ne savez pas ce qu’était un pilori ? Figurez-vous qu’en 1295, on édifia un gibet à côté d’un puits qui se trouvait là, et dont le propriétaire se nommait Lori – sans doute un ancêtre de la « chanteuse ». Et « le puits Lori » devint « le pilori ». Plus tard, ce puits fut comblé, et on construisit à la place une tour de pierre octogonale, dont l’étage supérieur était percé de fenêtres sur ses huit faces. À l’intérieur de la tour se trouvait une roue en bois, tournant sur pivot et percée de trous par lesquels on faisait passer la tête et les bras des condamnés, ainsi exposés aux regards, aux quolibets et aux insultes de la foule, qui ne manquait pas, selon le crime desdits, de les bombarder de toutes sortes de projectiles, parmi lesquels les fleurs et les confettis étaient rares. Il faut bien que le peuple exulte, comme a presque chanté Brel. Cela durait trois jours (consécutifs) de marché, pendant deux heures ; à chaque demi-heure, on faisait tourner la roue, afin que le sale type exposé fût admiré sous différents angles. L’exposition était souvent suivie d’une exécution capitale, spectacle toujours stimulant et hautement exemplaire, puisqu’il a permis la disparition complète de la délinquance dans notre beau pays.

Mais le peuple est exigeant. Une exécution médiocrement menée à bien le révulse, et on le comprend, car le peuple possède l’amour du travail bien fait. Or, en 1516, le bourreau local, qui s’appelait Fleurant, dut s’y reprendre à deux fois pour trancher la tête d’un condamné. Sans doute sa hache n’était-elle pas suffisamment aiguisée. Considérant, dès lors, qu’un mauvais ouvrier a de mauvais outils, la foule fut prise d’indignation, et renversa l’estrade qui soutenait à la fois le billot, le condamné enfin mort... et le bourreau lui-même. Qui, écrasé, en mourut. Mais rassurez-vous, le pilori fut reconstruit en 1542. C’était l’essentiel.

Par quoi l’on voit que la justice triomphe toujours.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D

Les Anglais sont plus civilisés. Le bourreau s'est repris à 7 fois pour trancher la tête de Mary Stuart. Le peuple n'a pas bougé.
C'est bien pour ce genre de cas que le Docteur Guillotin (qui était un humaniste, il a détesté que l'on donne son nom à son invention) a inventé la guillotine. Pour que les personnes condamnées à
mort, aristocrates ou hommes du peuple, soient toutes exécutées de la même manière. Par souci républicain... et pour que ce soit fait sans bavure.


Répondre