Les pensions des Africains

Publié le par Yves-André Samère

Sur une radio dont je ne veux plus connaître le nom, ce matin, un journaliste-sic a cru malin de « rappeler » qu’en 2006, le film Indigènes avait incité le président de la République, alors Jacques Chirac, à réveiller son gouvernement. Il s’agissait de faire que les pensions des anciens combattants africains, qui, à l’époque des indépendances des pays d’Afrique, avaient été gelées sur ordre de De Gaulle en personne (on avait inventé le mot « cristallisées », paraît-il, c’est tellement plus poétique !), soient désormais payées à la même hauteur que celles des anciens combattants métropolitains.

Belle histoire, à ce détail près qu’elle est fausse !

On avait en effet appris à la télévision, dans Arrêt sur images, et peu après que ce bobard ait été répandu complaisamment, qu’en fait, le dossier sollicitant cette mesure de bon sens avait été déposé sur le bureau présidentiel des semaines auparavant. La décision de Chirac n’a donc pas été si spontanée qu’on nous l’avait raconté. Mais certains y croient encore, c’est si beau.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :