Les portes claquent

Publié le par Yves-André Samère

Dans la Bible, les scénaristes font volontiers du Feydeau avant l’heure, car ils semblent adorer les substitutions de personnages. On n’a pas oublié que le vieil Isaac, fils d’Abraham, devenu quasiment aveugle, avait pu confondre son fils Jacob avec son aîné Ésaü, bien que les deux frères n’aient eu aucune ressemblance. Or l’histoire va se répéter avec le même Jacob, qui n’était pas aveugle du tout, et, dans une séquence digne de La puce à l’oreille, il va confondre la femme qu’il aime avec la sœur de celle-ci !

Après avoir roulé son frère Ésaü en se faisant passer pour lui et lui avoir soufflé son héritage, Jacob, sur les conseils de sa mère Rébecca, avait pris la poudre d’escampette, c’était plus prudent, pour aller se réfugier chez le frère de celle-ci, son oncle Laban, qu’il n’avait encore jamais vu. Or il rencontra Rachel, la cadette des filles de Laban, et en tomba raide amoureux – amour partagé. Rachel présenta donc son cousin à Laban, et Jacob offrit à Laban de travailler pour lui. Laban lui demanda quel salaire il voulait en échange, et Jacob dit qu’il travaillerait gratuitement... pendant sept ans, si Laban lui donnait Rachel en mariage au bout de cette période (Genèse, chapitre 19, verset 17).

Pas si bête, Laban accepta, bien entendu, et les sept années passèrent, à l’issue desquelles Jacob le très patient réclama le mariage promis. Mais Léa, la sœur de Rachel, n’était pas encore mariée, or la coutume voulait que les filles se marient dans l’ordre chronologique de leur naissance. Laban mit donc subrepticement Léa dans le lit de Jacob, qui ne s’aperçut de rien ! Fallait-il qu’il aime sa Rachel, pour ne pas la distinguer de sa sœur...

Au matin, il s’aperçut du tour de passe-passe, et se mit à râler auprès du fourbe qui était à la fois son oncle et son beau-père. Mais Laban avait de la ressource, et proposa à Jacob d’achever la semaine avec Léa, puis de travailler encore sept ans gratuitement pour gagner Rachel. Et ce nigaud accepta. Mais l’Éternel, qui se mêle de tout, voyant que Léa n’était pas aimée, la rendit féconde et rendit Rachel stérile (chapitre 29, verset 31). Et Léa eut successivement quatre fils ! Naturellement, Rachel fit une scène à son mari, qui usa de la recette éprouvée, inaugurée jadis son grand-père Abraham : il engrossa la servante de Rachel, qui eut deux fils. Ce que voyant, Léa, furieuse, usa du même procédé et refila sa propre servante à Jacob, laquelle lui donna aussi deux fils. Ultérieurement, elle-même retomba enceinte et eut deux fils, puis une fille, mais « Dieu se souvint de Rachel » (sic), la rendit à nouveau enceinte, et elle accoucha du célèbre Joseph, dont j’espère pouvoir vous reparler un jour prochain, si Dieu le veut.

Et Jacob, dans tout ça ? Lassé, il demanda à son beau-père de le laisser partir avec femmes et enfants, ce que l’on comprend. Mais les choses se passèrent autrement, vous verrez si vous lisez la Bible.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :