Les réformes d’Atatürk

Publié le par Yves-André Samère

J’ai mentionné hier que la Turquie avait donné aux femmes le droit de vote avant que la France éternelle s’y résolve. Le plus piquant est que cette mesure a été prise par un dictateur !

En effet, c’est Mustapha Kemal, dit « Atatürk », considéré comme le fondateur de la Turquie moderne, qui a pris cette décision. Atatürk avait pris le pouvoir en 1923, pas vraiment à la manière de Gandhi, et il avait complètement réformé le pays, c’est-à-dire les lois ET les mœurs, en s’inspirant de la Révolution française. Rompant avec l’idée de la nation musulmane dans un pays musulman, il désirait un État laïque ; il a été jusqu’à supprimer les caractères arabes dans l’écriture, imposant l’alphabet latin. Mais enfin, certains soutiennent que son inspiration était aussi un peu bolchévique ! En tout cas, beaucoup de ses partisans étaient bel et bien communistes. Le fascisme italien l’aurait aussi inspiré.

Toujours est-il qu’Atatürk était antilibéral, à la fois ultramoderne et ultraconservateur, ce qui est pour le moins original. De toute façon, il était autoritaire, et, sous son règne, les femmes ont été contraintes de faire du sport (entre douze et trente ans), afin de participer activement à sa politique de « régénération du corps » (sic) qu’il avait programmée... un peu comme dans l’Allemagne nazie ! Ne pas oublier non plus son hostilité envers Grecs, Juifs et Arméniens. Mais là, impossible d’oublier le génocide de ces derniers, jamais reconnu mais bien réel.

On peut lire, pour en savoir davantage, le livre de Hamit Bozarslan, Histoire de la Turquie, de l’Empire à nos jours. L’auteur, qui est kurde, montre que la Turquie d’aujourd’hui est avant tout nationaliste, avec un soupçon d’islamisme.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :