Loi Veil, ou loi Giscard ?

Publié le par Yves-André Samère

Bien que « Le Canard enchaîné » paru ce matin se moque de lui en sa page 1, il a raison, Giscard. La loi sur la légalisation de l’avortement rebaptisé IVG, qui était une bonne loi, n’est pas vraiment due à Simone Veil, mais à lui-même ! J’ai plutôt de la sympathie pour Momone et une violente antipathie pour Giscard, mais il faut être juste et rendre à César ce qui n’appartient ni à Marius ni à Fanny.

Attendu que cela faisait partie du programme électoral giscardien et que, modifiant la loi en place, celle-ci relevait du ministère de la Justice ; attendu que Simone Veil n’était pas ministre de la Justice, mais de la Santé ; ce n’est pas elle qui aurait dû présenter le projet à l’Assemblée nationale. C’est peut-être du juridisme, mais ce point est incontestable.

Si, à l’époque, le ministre de la Justice, Jean Lecanuet, n’avait pas été un centriste, donc un catholique peu enthousiasmé par une réforme pas catholique pour un sou, c’est lui qui aurait recueilli toute la gloire. Mais, que voulez-vous, les centristes sont trop modestes !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :