Luchini, par lui-même

Publié le par Yves-André Samère

Fabrice Luchini est à la fois recherché et redouté par les animateurs des émissions de radio-télé. Recherché, parce qu’il rapporte énormément d’audience à ces émissions ; redouté, parce que, envahissant, intarissable comme le coiffeur qu’il a été avant de devenir acteur, il ne tient aucun compte du programme prévu (le « conducteur », qui prévoit chaque rubrique, minute par minute), et fiche l’émission en l’air, mettant en boîte l’animateur, y compris sur ses préférences sexuelles. Le pire est dans ses lassantes citations d’auteurs qu’il connaît par cœur, le meilleur est dans sa liberté de parole, qui ne connaît pas de tabous.

Il fallait l’entendre, sur RTL, le jeudi 10 janvier 2013, chez Stéphane Bern, qui fut plusieurs fois tout près de la syncope. Cela révélait toutes les facettes de l’acteur, notamment son positionnement politique (il est de droite, mais avec certaines nuances qu’on ne peut pas balayer d’un revers de main comme on chasse une mouche).

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
Luchini en fait toujours des tonnes, mais il n’est pas le seul. Daniel Prévost est un peu comme ça, lui aussi. On apprécie ou pas. Je préfère Prévost, dans le genre.

Je n’ai pas aimé « Les femmes du sixième étage », parce que cette histoire est complètement invraisemblable ! Un bourgeois qui serait content de passer ses soirées avec des femmes de
ménage et de dormir dans une chambre de bonne, on demande à voir... Sauf si on considère que ce film est une fable, mais il n’en a pas le style.
Répondre
D
En effet, je l' ai entendu ce jour là (et oui...RTL) j'étais en voiture longeant une bonne portion des Pyrénées. la route m'a paru bien moins longue!
Il était libre mais "un peu lourd" mais cela vaut mieux que les béni-oui oui que l'on trouve ailleurs à longueur d'antenne.
Ceci dit, je le préfère en tant qu'acteur et j'ai beaucoup aimé "Les femmes du 6ème étage".
Répondre