Madonna contre Marine Le Pen

Publié le par Yves-André Samère

Le scandale de la semaine, celui qui a détrôné la diffusion de la conversation entre Mohammed Merah et ce policier prénommé Hassan qu’il a roulé dans la farine, c’est l’homérique bagarre entre Marine Le Pen et Madonna ! Vous ne pouvez pas y avoir échappé, puisqu’on ne parle que de ça...

Pour tout vous avouer, je m’en fiche royalement, je n’aime ni la chanteuse ni la femme politique, et je les laisse se débrouiller entre elles. Que la pire gagne ! Non, ce qui m’intéresse, c’est ceci.

En 1967 a été créée à New York l’excellente comédie musicale Hair, devenue célèbre pour une mauvaise raison : les jeunes acteurs-chanteurs-danseurs de la troupe apparaissaient entièrement nus à la fin du premier acte – ce pour quoi, à Paris en 1970, l’Armée du Salut s’est offert le ridicule d’organiser une manifestation devant et dans le Théâtre de la Porte-Saint-Martin qui la représentait. Mais Hair valait pour sa musique, qui est due à Galt MacDermot (musique que Milos Forman a massacrée dans le film qu’il en a tiré en 1979), et pour son esprit hippy. C’est même cet esprit qui, ayant disparu, n’a pas permis que les reprises de la pièce fassent autre chose qu’un bide par la suite...

Ce qui compte en l’occurrence, c’est qu’on avait pu voir sur scène un personnage exhiber une pancarte, ou une banderolle, sur laquelle était inscrit le nom de Nixon. Or le X de ce nom avait été remplacé par une croix gammée ! Néanmoins, personne n’a fait de scandale ni menacé d’un procès. Donc, des jeunes gens nus, c’est scandaleux, mais assimiler à un nazi le président des États-Unis, ça ne gêne personne.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :