Mais comment se prénomme Fahradi ?

Publié le par Yves-André Samère

J’ai vu ce matin le dernier film de Farhadi, Le passé, réalisé en France et non plus en Iran. Je n’en parlerai pas ici, car ce n’est pas le bon endroit, et ma critique sera mise là où je donne habituellement mon avis sur les films. Mais je vais saisir cette occasion pour désigner un ridicule bien français, celui consistant à écorcher les noms provenant de l’étranger – ce qui est irritant, s’agissant du plus grand réalisateur iranien, même s’il n’est pas le seul, car il y a aussi Jafar Panahi.

Dans le cas présent, je n’ai pas une seule fois entendu prononcer le prénom de Farhadi autrement que « as-gare », pas même par son interprète Bérénice Béjo, alors que la transcription de son véritable prénom en caractères latins est Asghar, qui doit s’entendre « as-Rar ». Je n’ai aucun doute là-dessus, puisque le générique de ses précédents films est en arabe, langue que je sais déchiffrer.

Mais pourquoi transcrire le son R en GH ? C’est très simple, cela tient au fait qu’en arabe, comme en français d’ailleurs, il existe deux R, celui qui est roulé – c’est l’habitude à l’opéra, sauf si Roberto Alagna chante, car lui refuse de se prêter à cette comédie dépassée –, et celui qui est grasseyé. Et le R arabe roulé, qui s’écrit ر, est transcrit avec notre R latin ; tandis que le R arabe grasseyé, qui existe d’ailleurs en double et s’écrit soit ع soit غ, est bizarrement transcrit GH, faute de mieux.

Cela fait plusieurs générations que vivent en France des arabisants, mais les Français n’ont pas encore appris le plus élémentaire : savoir prononcer les mots usuels comme Mohammed... ou toubib.

(Mais quand on les entend parler du méridien de Grine-ouitche ou du jeu vidéo Ton braille d’air, on ne s’étonne plus)

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
Le B final doit se prononcer, alors que beaucoup de personnes le rendent muet, comme dans « plomb ».

Il faut savoir qu’en arabe, il n’y a pas de lettres muettes, même les diverses formes du H, qui doit s’entendre dans tous les cas. La seule exception est le « ta marbouta », quand il se
trouve en fin de mot.
Répondre
J
Comment prononcer "toubib" correctement alors ?
Répondre