Marine n’aime pas les ambassadeurs en slip

Publié le par Yves-André Samère

Dimanche, la nouvelle présidente du Front National et fille de son père a feint de se scandaliser du fait que l’ambassadeur de France en Tunisie se soit fait photographier en maillot de bain, et que sa photo se trouve un peu partout sur Internet. « Il est ambassadeur de France, tout de même ! », s’est-elle exclamée avec une vertueuse indignation.

D’abord, il n’est pas certain que Boris Boillon ait été ambassadeur au moment où la photo a été prise. Ensuite, je ne vois pas en quoi un beau garçon n’aurait pas le droit de se faire prendre en photo (en toute logique, d’ailleurs, il devrait faire la couverture du prochain numéro de « Têtu », ou il n’y a plus de justice). Et puis, ledit cliché n’a pas été publié sur un site officiel, il a été mis en ligne sur un site privé et ultra-commercial, Copains d’avant, où l’on ne peut accéder, après une période gratuite, qu’en payant une cotisation. Je le sais : il y a quelques années, voulant joindre quelqu’un qui n’était accessible que par ce moyen, j’avais dû m’inscrire et payer, je crois, 15 euros pour l’année.

Au fond, ces criailleries s’expliquent sans doute par le fait que notre Marine nationale a dû conserver quelques traces d’un double traumatisme d’origine familiale. Le premier choc a sans doute été causé par la publication d’une photo de son père, Jean-Marie Le Pen : un photographe caché l’avait surpris en train de changer de maillot de bain sur une plage exotique, à la Réunion si je me souviens bien. On voyait Le Pen de trois quarts dos, fesses nues, au-dessous desquelles apparaissait un détail (!) que ma pudeur naturelle et la pauvreté de mon vocabulaire m’interdisent de décrire plus précisément.

Et puis, il y avait eu sa propre mère, Pierrette Le Pen. En bisbille avec son mari, elle s’était vengée en se faisant photographier par le magazine « Lui » : uniquement vêtue d’un tablier de soubrette qui ne dissimulait – sommairement – que son côté face et pas du tout son côté pile, elle faisait mine de passer le plumeau et l’aspirateur dans un décor de salon bourgeois. Je ne me rappelle plus si cet épisode avait suivi ou précédé son divorce avec le Menhir, mais il est certain que ses trois filles, à la suite de cette séance artistique, ne lui ont plus adressé la parole.

Si Boris, devenu mon ambassadeur préféré, peut piocher dans les crédits de son ambassade (ça tombe bien, il peut maintenant économiser sur ses frais de représentation à Tunis), il devrait pouvoir offrir quelques séances de psychanalyse à Marine Le Pen.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y

Je suis prêt à en fouler bien d’autres. Surtout les critiques émanant d’imbéciles (traduction : les gens qui ne sont pas d’accord avec moi).


Répondre
J

Ah bravo, tu es prêt à fouler aux pieds ton esprit critique devant le torse glabre et luisant d'un ex "jeune pop'" décomplexé. Je ne te félicite pas.


Répondre
Y

En effet. Mais je n’avais pas vérifié depuis ma lointaine inscription. En réalité, je m’étais désincrit quand j’ai vu arriver des messages qui n’avaient rien d’amicaux. Le premier a été un marchand
de bagnoles d’occasion, qui faisait de la retape sur le site. Il y en a eu d’autres, pas plus agréables.

Soit dit en passant, Facebook ne vaut pas mieux. Un ami m’avait invité à m’y inscrire, et j’ai marché, par faiblesse. Puis j’ai découvert que ledit ami était antisémite et admirateur de
Dieudonné ! Là encore, je me suis désinscrit.

En tout cas, je suis soulagé de savoir que Marine Le Pen n’a pas eu besoin de payer pour trouver la photo de ma nouvelle idole, Boris Boillon !


Répondre
D

Mon cher Yves-André, depuis le succès considérable de Facebook, le site copains d'avant s'est remis à la gratuité, après avoir été, en effet, payant, et ce, depuis environ 2 ans, il me semble.
Après avoir eu certainement peu d'abonnés payant, ce site a du se dire qu'un autre qui fait la même chose, mais gratuitement, va leur pourrir la vie.
Ce qui tendrait à dire qu'ils ont profité d'un certain monopole pour essayer de se faire de l'argent, mais que ce site peut très bien tourner gratuitement.
Et puis copains d'avant est une infime section d'un gigantesque portail internet qui est l'Internaute.com, qui n'est aucunement payant, lui, et ne l'a jamais été.
D'ailleurs, copains d'avant été gratuit à sa création, et lors du passage au payant, bon nombre de voix se sont élevées, mais on se rend bien compte désormais qu'il faut faire la révolution pour
être écouté !


Répondre