Mathématiques ministérielles

Publié le par Yves-André Samère

Dans « Le Canard » de cette semaine, en haut de la page 2, l’immense Pierre Moscovici, qui est ministre parce que c’est un ami de François Hollande, fait une blague ainsi rapportée par le journal : « Il y a trop de ministres. On pourrait en supprimer au moins six. Cela ferait six fois moins de couacs ».

Non seulement cet humour sophistiqué et glacé, comme disait Gotlib, est du meilleur goût quoique pas très courageux (il ne dit pas QUELS ministres on devrait renvoyer), mais sa rigueur mathématique fait mon admiration. Vous allez comprendre, y compris si vous avez raté mes cours précédents – cancres que vous êtes.

Imaginons, pour simplifier la démonstration, que, depuis l’avènement du prodigieux Hollande, il y ait eu soixante couacs proférés par des ministres (oui, je suis indulgent). Donc, à supposer qu’on ait renvoyé six ministres, le pronostic de Moscovici implique qu’il n’y aurait eu que dix couacs – six fois moins que soixante, tâchez de suivre un peu. Par conséquent, les cinquante couacs évités auraient été dus aux six ministres renvoyés. Ce qui donne une moyenne de 50 divisé par 6, soit 8,33 couacs par ministre congédié ; alors que les dix couacs non évités seraient l’œuvre des 32 ministres restés à leur poste (ils sont 38, on en renvoie 6, il en reste 32). De sorte que la moyenne des « bons » ministres serait de seulement 10 divisé par 32, soit 0,3125 couac par ministre.

On voit par là qu’un ministre renvoyé produit 26,67 plus de couacs (8,33 divisé par 0,3125) qu’un ministre qu’on ne renvoie pas. Et je signale que cette constatation resterait valable si j’avais supposé autre chose que 60 couacs dans l’année écoulée. Mais peu importe, et je vous suggère de recommencer le calcul avec la donnée de départ que vous choisirez.

Ce qui importe en réalité, c’est que Moscovici, qui s’occupe des finances du pays, croit qu’une soustraction (six ministres de moins) équivaut à une division (six fois moins de couacs).

S’il est aussi bon pour gérer notre argent, on commence à comprendre les évadés fiscaux. Moi, je prépare mes valises. Il y a, dit-on, cent quinze logements qui se sont libérés au Vatican.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :