Mensonge papal

Publié le par Yves-André Samère

Que le pape, dans son discours d’aujourd’hui, s’enflamme contre les massacres commis sur des enfants, on ne le lui reprochera pas. Mais enfin, que pour cela il fasse référence à un évènement qui n’a jamais lieu – et il le sait parfaitement –, c’est un peu fort de café, assez au-delà des mensonges habituels à la communication.

En effet, il a comparé les meurtres actuels avec le fameux « massacre des Innocents » dont parle l’évangile de Matthieu, dans son chapitre 2, aux versets 16 à 18. Or il y a quasiment unanimité, chez les historiens et les exégètes, pour nier que ledit massacre soit autre chose qu’une légende fabriquée pour les besoins de la cause : les autres évangélistes n’en disent pas un mot, comme si c’était un détail négligeable, les évangiles apocryphes non plus, et pas davantage Flavius Josèphe, célèbre historien de l’époque présumée de Jésus, auteur de nombreux livres dont les Antiquités judaïques, où il cite, non pas Jésus, mais l’existence, antérieurement avant sa propre époque (il est né en 37, après la mort présumée de Jésus), de disciples se réclamant de lui. L’évangile de Matthieu raconte donc que le roi Hérode, à qui les mythiques « rois mages » auraient rapporté la naissance de Jésus, aurait ordonné qu’on tue tous les enfants de moins de deux ans, histoire d’éliminer un futur concurrent !

Cette fable est si voisine de celle rapportée dans l’Exode, et selon laquelle, en Égypte, le pharaon Ramsès Ier, grand-père de Ramsès II, aurait ordonné qu’on tue tous les enfants premiers-nés de chaque famille hébreue où ses propres astrologues avaient « vu » la naissance d’un futur libérateur des esclaves hébreux, qu’on n’a pas de peine à déceler d’où venait cette histoire. Or elle est d’autant plus mythique, pour ne pas dire carrément mensongère, que les historiens modernes doutent fortement que les Égyptiens aient jamais eu d’esclaves ! Mais les évangélistes se montrent souvent obsédés par le souci de prouver que les prédictions relatées par les prophètes dans l’Ancien testament se sont bel et bien réalisées ensuite. Prophéties auto-réalisatrices, pour parler comme les cuistres ?

En fait, la principale référence, visible par tous, à un massacre des Innocents est, à Paris et dans mon propre quartier, la Fontaine des Innocents, là où existait autrefois un cimetière célèbre, et haut lieu... de la prostitution. Plus, naturellement, quelques tableaux de la Renaissance.

Bref, le massacre des Innocents dont a parlé le pape est aussi une fable, et le fait de le citer dans un discours public, entendu par des dizaines de millions de fidèles, frise l’escroquerie morale. C’est mal, de mentir, Monsieur le pape. Pour votre pénitence, vous me direz trois Pater et trois Ave.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :