Mis en bière

Publié le par Yves-André Samère

L’une des choses que j’admire le plus au monde, c’est la publicité sur Internet, car les pubeux sont gens subtils.

Ainsi, cet après-midi, j’ai eu la fantaisie de lancer mon programme Spotify. Il s’agit d’un logiciel permettant d’écouter des musiques (ou des chansons, et prière de ne pas confondre) gratuitement et avec une qualité suffisante. Il suffit de faire une recherche, et si le programme trouve ce que vous voulez, il vous le balance dans les oreilles… mais en n’oubliant pas, toutes les trois chansons, de vous faire entendre un spot de publicité.

Or ette publicité n’est pas choisie au hasard : elle est censée correspondre à vos goûts. « Ciblée », comme ils disent. Et vu que M. Spotify ne sait absolument rien de votre (très humble) serviteur, il se fonde sur les morceaux que j’ai demandées. Naturellement.

Il se trouve qu’aujourd’hui, j’ai été pris d’une irrésistible envie d’entendre Line Renaud. S’il vous plaît, cessez de ricaner, ça m’agace. Moi, Line, je l’adore, et je ne vous empêche pas d’écouter du rap.

Bien. Spotify m’envoie trois chansons de Line Renaud, puis me laisse savourer un spot de pub. Et là, devinez quelle pub. Pour une marque de bière belge !

Suivez le raisonnement : j’ai écouté trois chansons de Line Renaud. Line Renaud est née à Armentières, petite ville frontalière du département du Nord. Là-bas, non seulement on est près de la Belgique, mais on boit beaucoup de bière. Par conséquent, si j’écoute Line Renaud, je DOIS aimer la bière belge.

Je vous avais avertis que les publicitaires étaient subtils : ils ne m’ont pas proposé de frites.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D

Line Renaud ? Diantre.


Répondre