Mitterrand privé de veuve !

Publié le par Yves-André Samère

Danielle Mitterrand est invitée dans une émission de radio, où on lui demande pourquoi elle a prescrit d’être inhumée loin de son mari François Mitterrand, lequel est enterré au cimetière de Jarnac, en Charente-Maritime, où il est né.

Réponse de madame Pinocchio : nous avions envisagé d’être enterrés ensemble. Et, comme François était élu de la Nièvre et que je suis originaire de Bourgogne, nous voulions acheter un petit terrain juste entre les deux, pour y être inhumés l’un près de l’autre. Malheureusement, ce vœu s’est heurté à une famille de la région, qui s’y est opposée.

Elle ne dit ni laquelle, ni pourquoi ces gens affreux se sont opposés à un projet aussi émouvant.

La vérité, c’est qu’il est quasi-impossible, en France, de choisir sa tombe en dehors d’un cimetière. En tout cas, il n’y a pas eu d’exemple connu depuis très longtemps, et même De Gaulle repose dans un banal cimetière de village. Le projet de tombe commune en pleine nature a certes existé, mais jamais il n’aurait été concrétisé, car il aurait exigé une surveillance de la part des autorités, pour empêcher les profanations de la part de ceux, assez nombreux, qui ne portaient pas dans leur cœur l’ancien président de la République et ont suffisamment de temps à perdre en saccageant une tombe.

L’explication est autre : Danielle Mitterand n’a pas digéré le fait de devoir supporter, aux obsèques de son mari, la présence – exigée par lui – de la veuve numéro 2, Anne Pingeot, et de sa fille Mazarine. Elle prétend alors être très attachée à sa Bourgogne (plus qu’à son mari ?), et ne pas vouloir être enterrée ailleurs. À trois cents kilomètres du corps de son infidèle époux, elle ne risquera pas, sur sa tombe, de visite importune !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :