Moi aussi, je veux la Légion d’Honneur !

Publié le par Yves-André Samère

C’est toujours comique, voire ridicule, les promotions dans la Légion d’Honneur. Ainsi, cette année, on a distingué Jean d’Ormesson, Marcel Boiteux (ancien patron d’EDF) et Geneviève de Galard, jadis surnommée « l’ange de Diên Biên Phù » où elle était infirmière militaire, et qui était déjà grand officier. Sont aussi nommés grand-croix Jean-Louis Borloo, Jean-Pierre Elkabbach et Gérard Holtz ! Ne me demandez pas pourquoi.

(Au fait, si, pour Jean d’O, je connais la raison : c’est parce qu’il adore raconter des histoires drôles, quoique un peu répétitives, sur l’Académie française – un corps auquel il appartient depuis si longtemps. En France, on aime beaucoup l’autodérision. Didier Porte devrait essayer, mais lui préfère se moquer des autres ; sinon, il frôlerait le surmenage)

Et surtout, à titre exceptionnel, on décorera Fabienne Terral-Calmès : il s’agit de cette institutrice qui s’est fait tuer le vendredi 4 par une folle, mère d’élève (pardon pour le pléonasme), dans sa propre école. Voilà donc la Légion d’Honneur promue à son tour, mais comme prix de consolation pour famille endeuillée. On a ainsi déclaré qu’elle était morte « au service de la nation », a dit le ministre de la cancritude nationale. Et ses deux filles seront prises en charge par ladite nation. Parce que le ministre a été ému par leur sort ? Non, mais parce que, deux jours après sa mort, une de ses collègues, qui du reste ne la connaissait pas, semble-t-il (la victime était à Albi ; la collègue, en région parisienne), a lancé une pétition adressée à Hollande, Hamon et Christiane Taubira, sur un site Internet. Et la pétition a recuilli quarante mille signatures !

Marrant : Hollande ne veut pas faire de référendum, mais il accepte les pétitions.

(NB : vous avez compris, j’espère, que je ne paie pas la tête de l’institutrice assassinée, mais du comportement opportuniste des politiques, lesquels ne réagissent qu’en fonction de l’opinion publique, exprimée sur le mode sentimental)

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :