My dad, your mom

Publié le par Yves-André Samère

La navrante habitude, qu’ont prise depuis quelques années les bavasseurs de radio-télés, de parler à leurs invités de leur « papa » et de leur « maman » comme si les mots père et mère étaient devenus obscènes, ne serait-elle pas due à Michel Drucker, comme je le pensais ? Ne viendrait-elle plutôt des États-Unis ?

Moi qui ne vois qu’en version originale les films parlant anglais – mais aussi italien, espagnol, arabe, chinois, et  j’en passe –, je suis bien forcé de constater qu’on y entend rarement les mots father et mother (respectivement, donc, père et mère), mais que la plupart des personnages, seraient-ils adultes, y disent systématiquement my dad ou your mom (respectivement, « mon papa » ou « ta maman »). Et comme, en France, nos imitons servilement tout ce qui nous vient de ce prodigieux pays, phare de la pensée universelle...

En tout cas, chez nous, le comble de la sottise semble avoir été atteint dans le film Last command (en français Les centurions, film de 1966 sur la guerre d’Algérie, avec Alain Delon et Anthony Quinn), diffusé hier soir à la télévision. On y trouve une scène où le colonel joué par Quinn rentre d’Indochine et va voir sa mère dans son village basque. Là, il rencontre le curé du coin, échange avec lui quelques mots, et, avant de le quitter, l’appelle « father » dans le dialogue original ; donc, « mon père », comme il sied à un bon catholique (tous les colonels sont catholiques). Eh bien, dans les sous-titres, dus à une certaine Isabelle Kloucowsky, on a traduit ce father par « papa » !

Un colonel enfant de curé, mais c’est de l’anticléricalisme !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Yves-André Samère 29/04/2010 08:54


Notre « momie ». (Oui, je pense à Geneviève de Fontenay)


Cyril 28/04/2010 16:10


Qui n'attend pas avec impatience qu'on donne du « papounet » et du « mamounette » au journal de vingt heures ? Il faut bien que nous aussi, on ait notre « Daddy » et notre « Mommy ».