« My fair lady » au Châtelet

Publié le par Yves-André Samère

Intense publicité sur France Inter pour le spectacle du Châtelet My fair lady. Le meneur de jeu a invité le directeur du théâtre, et montre qu’il ne connaît rien à son sujet.

D’abord, en affirmant que les comédies musicales sont boudées par les spectateurs français. Il a oublié Hair, qui a tenu plus d’un an au Théâtre de la Porte-Saint-Martin, et Les misérables au Théâtre Mogador, grand succès dû à des Français – mais qui l’ont créé aux États-Unis parce que les producteurs français renâclaient devant les frais. Et West side story, donné plusieurs fois au Châtelet lui-même ! Pour ne rien dire de Singin’ in the rain, à la Porte Saint-Martin, et de ce triomphe qu’a été Le roi lion, à Mogador : plusieurs années, avec des salles combles. Il attribue aussi cet insuccès en partie à la pauvreté des décors, preuve qu’il n’a pas vu Les misérables, où, au contraire, les décors étaient grandioses, ingénieux... et beaux, ce qui est bien le moins.

La vérité est qu’en France, les comédies musicales créées par des Français souffrent de l’interprétation (mauvais chanteurs, mauvais acteurs) et d’une mise en scène indigente. À Londres, à Broadway, on est professionnel, et cela marche.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

DOMINIQUE 31/12/2010 20:57


Mon grand-grand oncle avait vu la "belle hélène" à Paris vers 1900. Il était postier, sa santé fragile ne l'autorisait qu'à boire du lait, donc il passait toutes ses économies dans les spectacles
de la Belle Epoque. Ma mère, petite fille, se régalait de ses récits. Il lui racontait entre autres que les spectateurs étaient pleuraient de rire à la vue des distorsions qu'infligeait Offenbach à
l'histoire antique ou à la mythologie.
Bon, autres temps, autres moeurs !


Yves-André Samère 31/12/2010 16:12


J’avais vu le précédent passage de « West side story ». Rien que des acteurs-chanteurs inconnus, mais venus de Broadway. Un régal.

L’occasion aussi de noter que le film de Robert Wise est mieux construit que la pièce, qui comporte une erreur de conception. En effet, la grande scène « America » entre Portoricains, sur
le toit, qui est une scène comique, est illogiquement jouée après le premier meurtre, alors qu’aucun des personnages ne devrait avoir le cœur à s’amuser. Le film place cette scène avant.


Yves-André Samère 31/12/2010 16:07


Offenbach, oui, j’aime beaucoup. Un autre style, plus classique vu l’époque, mais très spitituel, très porté sur la fantaisie (sauf « Les contes d’Hoffmann »). Tout est bon chez
Offenbach. J’adore « La belle Hélène », que j’ai vu quatre fois. J’ai même rencontré Geori Boué, qui a été l’une des meilleures interprètes d’Hélène, avec Jane Rhodes.


dam 31/12/2010 15:57


Nous avions offert, mes frères, soeurs et moi, West Side Story à mes parents lors du dernier passage de la comédie musicale au Chatelet.
Ma mère était ravie, mon père un peu moins, il aime beaucoup plus le lyrique que la comédie musicale, même s'il a admit le grand talent des interprètes sur scène ce jour là.


DOMINIQUE 31/12/2010 13:52


Bon, je vais dire une stupidité, mais nous avions l'opéra bouffe, Offenbach en étant le plus abouti. Et ce n'est pas si mal que ça, en tant que comédie musicale.
Dis-je une bêtise ?


Yves-André Samère 31/12/2010 12:50


J’aurais encore pu citer « Cabaret », qui passait au Théâtre Mogador, toujours à Paris, et qui a rendu célèbre Ute Lemper.

Mais mon regret à moi, c’est de n’avoir pas vu « Chorus Line », une sorte de « Fame » en beaucoup mieux. Heureusement, il y a le film. Et aussi « Oliver! », jamais joué chez nous et qui a
lancé la carrière d’un tas de jeunes interprètes. Ou encore « Billy Elliott », avec le prodigieux Layton Williams.

En revanche, j’ai bien vu « West side story ».


dam 31/12/2010 09:03


Je ne te le fais pas dire. J'ai eu la chance d'aller voir Marry Poppins, une grandiose comédie musicale sur Broadway, à NY (il y a d'autres Broadway dans d'autres villes américaines ! ), et j'ai
été époustouflé par les décors, les costumes et le talent des interprètes, y compris des 2 enfants, qui, malgré leur âge, avait déjà un bagage important dans la comédie et le chant.
J'ai juste regretté, en mai 2009, Grease n'était plus joué à Broadway, c'est une des premières comédie musicale à avoir été victime de la "crise financière"? Je rêvais de la voir, tant pis...