Nicolas II sur France  2

Publié le par Yves-André Samère

Non, il ne s’agit pas du retour de Sarkozy, mais de l’apparition du dernier tsar « de toutes les Russies » – comme on dit bizarrement – sur France 2, dans l’émission où Bern joue les cicerones. Je dirais qu’une seule Russie nous suffit bien... À propos, il n’aurait pas un peu la tête qui enfle, le cher Stéphane ? Hier, sur RTL, il a raconté qu’il employait beaucoup les drones pour filmer les endroits qu’il nous fait visiter. Le voilà qui se prend pour le réalisateur de l’émission... alors qu’il n’en est même pas l’auteur des textes !

Donc, il était question de Nicolas II, brave type au départ, et qui n’avait aucune envie de régner, mais a dû quand même assumer sa condition. Or il s’en est tiré aussi mal que possible, et le tout a fort mal fini : une révolution, et l’extermination de sa famille entière par les bolcheviks. Mais l’émission de France 2 s’est évertuée à le blanchir, et c’était un peu voyant. Il aurait pu, par exemple, faire publier clairement qu’il tenait pour un faux l’abominable Protocole des sages de Sion, fabriqué par sa police sous son règne... Passons.

J’ai retenu la bévue habituelle, sans quoi on ne serait pas à la télévision, et elle concernait Raspoutine, dont la tsarine s’était entichée, affolée qu’elle était de voir son seul fils atteint d’hémophilie. Le commentaire disait que ce nom, Raspoutine, était en fait un surnom, et qu’il désignait à peu près un débauché. Hélas, ledit commentaire a cru bon de préciser que cela voulait dire « un détrousseur de filles ». Éclat de rire dans les chaumières, surtout dans la mienne : ces zozos ont confondé trousseur et détrousseur !

À part cela, les bolcheviks ont vraiment été ignobles. Ils ont abattu toute la famille des Romanov – oui, Romanov, pas Romanoff, la graphie en russe, Романов, est formelle – à coups de pistolets (ou de revolvers, je ne sais pas), puis ont découpé les corps en morceaux, les ont arrosé d’acide sulfurique, et ont jeté le tout au fond d’une mine désaffectée. Ça, c’est de la haine à l’état pur. En tout cas, les restes ont été exhumés et soumis à une analyse de leur ADN, de laquelle il ressort que les corps étaient en effet les bons, et que la prétendue survivante, la fausse Alexandra qui a voulu rééditer le coup de Louis XVII, était bien un imposteur (il faudrait créer un féminin pour ce mot). Dire qu’on lui a consacré un film avec Ingrid Bergman !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :