« Nus et culottés » - Saison 2

Publié le par Yves-André Samère

La mini-série Nus et culottés, apparue il y a un an et dont j’avais commenté les six épisodes, a repris le jeudi 25 juillet sur France 5. C’est toujours aussi sympathique, et les deux fous qui nous promènent un peu partout rencontrent toujours autant de personnages ouverts et obligeants sur leur trajet (sauf peut-être lorsqu’ils sont en Angleterre !).

Dans l’épisode 1, partant d’Alsace, ils avaient l’intention de gagner Bruxelles pour, je cite, « aller manger un chocolat avec le roi belge » (ils ignorent qu’on dit « roi des Belges »). Or ils vont faire un immense détour, puisque tout cela dépend des aléas de l’auto-stop, voire ici de la péniche-stop, et passer par l’Allemagne et Amsterdam !

Mais à Bruxelles, déception, impossible de seulement mettre un pied au palais du roi : protocole. Ils partent alors à la chasse au Premier ministre, Elio Di Rupo, dont on leur a indiqué l’adresse privée. Et justement, à la tombée de la nuit, Elio rentre chez lui. Il promet de transmettre à Albert II leur requête et de leur envoyer un message électronique chez le couple bruxellois qui les héberge, mais... le message ne viendra jamais ! Du coup, c’est eux qui sont chocolats...

L’épisode 2 d’hier soir était presque plus cinglé, puisqu’il s’agissait, partant du nord de la France (toujours sans rien de plus que leurs trois petites caméras et un couteau, mais sans aucun vêtement), d’aller admirer une aurore boréale... en Islande. Et, le croiriez-vous, cette fois, ayant traversé l’Angleterre et l’Écosse, s’étant baignés dans le Loch Ness, puis après avoir patienté trois ou quatre jours sur un petit aéroport, ils trouvent un avion privé qui les emporte à destination. Et ils verront leur aurore boréale.

Mais pourquoi diable vont-ils toujours dans des endroits aussi froids ? Selon moi, ils craignent les moustiques. Heureusement, la chaleur humaine compense.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :