Obsèques de Mandela

Publié le par Yves-André Samère

On met en terre Mandela demain, dans son village natal. À cette occasion, un triple coup de sifflet en direction des autorités du pays, qui se sont abstenues d’inviter l’évêque local, Desmond Tutu, pas à cause de son nom, mais parce qu’il s’est souvent signalé par sa grande gueule. Je le soupçonne d’être un peu contre l’apartheid, celui-là. Il y a aussi le dalaï-lama, qui a été prié de rester en Inde. On ne va tout de même pas se brouiller avec ces grands démocrates que sont les Chinois. Et qu’importe si ces deux casse-pieds ont aussi récolté un Prix Nobel de la Paix.

En revanche, comme Mandela était né dans un village qui s’appelle Qunu, coup de chapeau collectif aux envoyés spéciaux des radio-télés, qui se sont tous ingéniés à ne PAS prononcer ce nom comme il s’écrit. Quand on pense à ce qu’aurait dit et fait Daniel Prévost si on l’avait lâché sur place, on frémit.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
J’ai raté ça. Il est vrai que je ne regarde que des journalistes bien convenables.
Répondre
D
Oh, une journaliste a quand même dit "cul-nu". En se reprenant après "pardon, counou".
A ce propos, "dinde" en allemand se dit "pute". Les étiquettes des étalages de volaillers, en cette période, doivent être charmants.
Répondre