On rejoue Marcel Aymé

Publié le par Yves-André Samère

On se décide enfin à rejouer Marcel Aymé : le Théâtre du Vieux-Colombier reprend sa pièce La tête des autres, pamphlet virulent contre la justice en général et la peine de mort en particulier. Si vous aimez Laurent Laffitte, c’est lui qui joue Valorin, le condamné à mort. Tâchez de lire la pièce si vous ne pouvez pas la voir, elle vaut le détour ! Au moins pour son premier acte, où le sujet est traité. Ensuite, l’intrigue s’enlise.

Marcel Aymé était considéré comme étant de gauche, au moins au début, et il a collaboré à « Vendredi », un journal qui soutenait le Front Populaire, mais il disait que c’était surtout pour gagner sa vie. En tout cas, il est certain qu’il n’adhérait pas vraiment aux idées de gauche, et il a reproché au Front Populaire « d’avoir inventé et suscité le fascisme français pour le plaisir de faire des cartons », ce qui n’est pas une opinion très orthodoxe... Mélenchon a-t-il lu Marcel Aymé ?

Il s’est du reste fait virer du journal pour avoir dit « Je me fous du socialisme et de ses cabotineries ». C’est sans doute un peu ce qui lui vaut d’être si peu joué aujourd’hui. Voyez son absence d’illusion sur ses compatriotes : « Si l’on mettait aux voix la meilleure façon d’accommoder le pot-au-feu, les Français s’entredéchireraient pour faire triompher, les uns une recette de droite, les autres une recette de gauche ».

Bref, Aymé se considérait surtout comme un anarchiste. Et rappelons à ceux qui croient encore qu’un anarchiste est un type qui pose des bombes, que ce n’est pas du tout ça. Un anarchiste croit simplement que ceux qui nous gouvernent ne sont pas dignes de gouverner. Rien d’autre !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
J’ai confondu le film et la pièce, car tout cela est assez ancien (1969, vérification faite). Pour le recueil, que j’ai lu, je n’ai pas réussi à le retrouver, mais je sais l’avoir lu en entier.

Naturellement, toutes ces œuvres sont du plus haut intérêt, mais Marcel Aymé subit aujourd’hui le même sort que Jean Anouilh. Je souhaite que la critique d’Armelle Héliot contribue à le relancer.
Répondre
G
Je suis l'ayant-droit de Marcel Aymé et me permet à ce titre d'apporter quelques précisions à vos commentaires. Yves Robert a réalisé le film Clérambard avec P. Noiret dans le rôle titre.
Effectivement, Nicolas Briançon a monté la pièce à Paris avec J-M Bigard, qui a été comme vous l'avez dit un échec. Personnellement je souhaite que tout le monde oublie cette production. Je tiens à
préciser qu'à ce jour je ne regrette pas d'avoir fait confiance à Nicolas Briançon et s'il veut monter un autre M Aymé il aura toute ma confiance...

Je pense que cette Tête des autres est une très belle réussite, fidèle à l'univers de Marcel Aymé. Ce spectacle est drôle, vif et intelligent.
Je me permet par contre, de rectifier une petite chose : la nouvelle s'appelle Le passe-muraille (l'adaptation avec Bourvil portait le titre Garou-Garou le passe-muraille) Vous pouvez la trouver
dans le recueil Le passe-muraille, avec entre autre, Les sabines et L'huissier.

Bonne découverte ou redécouverte de l'auteur des Contes du chat perché.
D.Guillaud
https://www.facebook.com/marcelaymeofficiel?ref=hl
Répondre
Y
J’ai quelque part le texte de « Clérambard », qui avait été mis en scène au théâtre par Yves Robert, je crois. Mais Jean-Marie Bigard l’a joué aussi, et il a fait un bide noir. On a
interrompu très vite les représentations.

Lu également son « Uranus », et un recueil de nouvelles, où il y avait « Garou-Garou, le passe-muraille », que Bourvil a joué au cinéma. Aussi, cette nouvelle où un huissier
impitoyable finissait par aller au paradis, parce que, juste avant de mourir, il avait crié « À bas la justice ! »
Répondre
Y
En tout cas, sa femme est une bombe !
Répondre
J
Est-ce à dire que Coppé est anarchiste ?!
Répondre
D
Je dois avoir dans mon fatras de livres du Marcel Aymé, que ma mère aimait beaucoup. Je vais m'y replonger, car je l'avais trouvé assez sinistre quand je l'avais lu il y a... 40 ans. J'espère que
mon goût a changé, sinon c'est à désespérer. Merci de réveiller la lecture de cet auteur.
Répondre