Origine de la violence

Publié le par Yves-André Samère

On entend souvent dire que, pour aimer les autres, il faut d’abord s’aimer soi-même. Et que, par conséquent, l’amour de soi rend moins violent.

C’est curieux, mais ce cliché, jamais je ne l’ai gobé. Ainsi donc, on est violent, ce qui est regrettable, parce qu’on ne s’apprécie pas suffisamment ? Et la modestie rend teigneux ?

Il se trouve que quelques enquêtes faites auprès d’individus – ou de groupes – violents, dont certains en prison, ont démontré... le contraire ! Lesdits adeptes de la castagne sont plutôt caractérisés par « un moi surdimensionné », comme disent les spécialistes. Et que les gens qui s’aiment trop, s’ils se sentent peu appréciés, se montrent bien plus agressifs que les autres.

Il va falloir réviser le catéchisme humaniste...

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :