Panique au Grand Journal

Publié le par Yves-André Samère

Je rigole, en songeant à l’incident d’hier soir au Grand Journal de Canal Plus, déplacé à Cannes. À 20 heures 7, un homme fait irruption sur le plateau, il tire des coups de feu en l’air, et il porte une grenade. On saura par la suite que l’homme, un déséquilibré de 42 ans, n’avait qu’un pistolet d’alarme, qu’il n’a tiré que deux coups de feu en l’air, et que sa grenade était factice (il avait aussi un couteau à cran d’arrêt), mais, sur le moment, c’était assez farce : on a vu le public s’affoler et déguerpir, et surtout, le cher Denisot plonger sous la table, puis partir en courant comme tout le monde.

Évidemment, l’antenne a été coupée, et, avec vingt minutes d’avance, la régie a embrayé sur le Petit Journal, resté à Paris. Le perturbateur a été appréhendé, et a déclaré « Je fais ça au nom de mon dieu  ».

Puis le Grand Journal a repris là où il s’était arrêté.

On saura maintenant que Denisot est une vraie terreur !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :