Pas de mathématiciens racistes

Publié le par Yves-André Samère

Aujourd’hui sortait un film sur la marche contre le racisme, marche qui a eu lieu il y a trente ans. Je n’ai pas vu ce film, et ne le verrai probablement pas, car je n’ai pas besoin de ça pour conforter mes convictions, et j’ai préféré voir un film sur les mathématiques (pas très satisfaisant, d’ailleurs). Or il existe un lien entre les deux, et voici lequel.

En deux mots, j’ai la conviction qu’on ne peut pas être raciste si on est mathématicien, même à un niveau modeste comme le mien. Parce que les mathématiques ne sont pas seulement la discipline basique servant à compter et calculer : elles comportent aussi une branche capitale qui est la logique. Laquelle, soit dit en passant, est aussi le fondement des mathématiques, puisqu’on ne peut pas faire des mathématiques si on ne possède pas un minimum de logique.

Et le racisme, dans tout ça ? C’est très simple : la logique vous apprend à ne pas confondre la partie avec le tout ; l’élément avec l’ensemble ; l’apparence avec la réalité. Vous ne me suivez pas ? Alors, prenons un exemple.

Tout le monde connaît cette petite histoire très fantaisiste de l’Anglais qui débarque à Calais pour la première fois. Là, il croise dans la rue une femme aux cheveux roux, et il rentre aussitôt en Angleterre pour clamer que « Toutes les Françaises sont rousses ! ». Cette homme-là est le pire mathématicien qui soit, puisque, à partir d’un élément unique, il a induit une théorie impliquant la totalité d’une population. Il a gé-né-ra-li-sé abusivement. Un égale dix millions ? Vous voyez la faille.

Or que font les racistes ? Exactement la même chose, ils généralisent abusivement, et croient dur comme fer que tous les Noirs sont fainéants, que tous les Arabes jouent du couteau, que tous les Roms sont des voleurs de poules, que tous les Anglais sont homosexuels, que tous les Juifs sont avides, etc. Je ne connais pas un seul amateur de mathématique qui soit capable de sortir de pareilles énormités.

Parents qui voulez empêcher vos enfants de devenir racistes, mettez-les aux mathématiques !

(Ah, si Le Pen, au lieu d’étudier le droit à la faculté d’Assas, avait été professeur de mathématiques...)

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Geoffrey 20/01/2017 14:37

Désolé de déterrer ce post mais je suis content de trouver quelqu'un qui a eu la même pensée que moi. J'ai toujours considéré que le racisme était la chose la plus irrationnelle et la plus illogique qui soit. En mathématiques, si on trouve un seul cas dans lequel un théorème ne se vérifie pas, il s'écroule... Si on applique ce raisonnement pour étayer l'argumentation anti-raciste, on peut ainsi dire qu'un groupe d'individus ne peut pas être qualifié (à vous d'imaginer ce qualificatif) dans son intégralité si au moins un individu de ce groupe ne correspond pas à la qualification.

Le racisme est tout simplement le symbole même de l'injustice et tant qu'on considérera le groupe à la place de l'individu, rien ne changera.

Yves-André Samère 20/01/2017 18:39

Dans son livre “Le grand roman des maths”, à lire absolument, Mickaël Launay explique très bien le fonctionnement des théorèmes. Je n’avais pas encore lu ce livre avant d’écrire mon article, d’ailleurs. Mais tout cela se tient. Impossible d’être raciste si on possède ne serait-ce qu’un soupçon de jugeote.

Yves-André Samère 15/12/2013 10:29

Je caricature toujours un peu, pour les besoins du raisonnement. L’essentiel du propos n’est pas là, il est dans ce qui fonde les préjugés.

James 15/12/2013 09:37

Heureusement, je ne crois pas qu'on entende si souvent que "tous les arabes jouent du couteau" ou "tous les noirs sont fainéants". Ce qui revient souvent, c'est "la majeure parties des infractions
comme les trafics de drogue, les violences conjugales, les vols à l'arrachée ou les dégradations sont commises par des citoyens français issus de l'immigration ou des étrangers présents sur le
territoire. Et malheureusement, quand on en discute avec des professionnels (avocats, policiers, matons, magistrats), on a cette confirmation. Cette tendance réelle peut alors prendre la forme
d'une systématisation dans l'esprit des racistes et générer des idées reçues nocives pour le vivre-ensemble. Bien dommage.