Pas une thune pour le Japon !

Publié le par Yves-André Samère

Demain aura lieu au Châtelet, à Paris, un concert de chansons destiné à récolter des fonds « pour le Japon ». Les spectateurs pourront notamment se taper les prestations de ces divas que sont Catherine Deneuve et Jane Birkin, mais j’ai oublié le nom des autres vedettes, certainement plus méritantes.

Eh bien, moi, je me tiens prêt à organiser un concert « Pas-une-thune-pour-le-Japon-tant-que-son-gouvernement-n’aura-pas-reconnu-la-responsabilité-du-pays-dans-les-massacres-perpétrés-en-Chine-entre-1931-et-1945-et-fait-des-excuses-publiques » !

Je sais ce que vous allez m’objecter : les Japonais d’aujourd’hui ne sont pas responsables des crimes commis par les Japonais d’hier. Et la responsabilité collective est une ineptie. À quoi je réponds que je ne réclame pas qu’on punisse la population du Japon actuel, mais que son gouvernement – attendu que le régime politique du pays n’a pas changé entre 1945 et aujourd’hui – représente bel et bien le Japon de maintenant et d’alors ! Donc il est tout à fait habilité à s’excuser au nom du Japon « éternel ». Rappelons qu’en France, Chirac a reconnu la responsabilité de la France pour les ignominies commises par l’État français sous Pétain, alors que notre régime, lui, avait bel et bien changé et qu’il aurait pu (Chirac) s’abstenir.

Mais si l’empereur, fils de cette canaille de Hiro-Hito (le dernier allié d’Hitler), et le Premier ministre décident de se faire seppuku (c’est le vrai nom pour hara-kiri) en direct à la télévision, je suis tout aussi prêt à leur trouver des « sponsors ».

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :