Perpétrer ou perpétuer ?

Publié le par Yves-André Samère

Il faut croire que distinguer les verbes perpétrer et perpétuer est extrêmement difficile, puisque, en une seule semaine, j’ai vu par deux fois le premier de ces termes employé à la place du second dans les sous-titres d’un film à la télévision. Pourtant, Dieu sait si les faiseurs de sous-titres sont gens cultivés !

Perpétrer est un mot assez désuet qui signifia d’abord faire, puis aujourd’hui commettre, il est donc plutôt péjoratif. On perpètre un mauvais coup, voire un crime ; alors que perpétuer signifie « renouveler sur une longue période, voire éternellement ».

Il faut donc en conclure qu’un faiseur de sous-titres, qui ne saurait perpétrer de bourde, assimile l’un à l’autre, et qu’il estime, par exemple, que perpétuer une tradition est une sorte de crime. Ce sur quoi je suis plutôt d’accord.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :