Philéas Fogg, combien de moustaches ?

Publié le par Yves-André Samère

C’est toujours amusant, de trouver des fautes chez un grand écrivain. Feuilletant aujourd’hui Le tour du monde en quatre-vingts jours, de Jules Verne, je tombe dès la première page, au troisième paragraphe, sur le portrait qu’il fait de son personnage principal, Philéas Fogg, décrit comme un « Byron à moustaches et à favoris ».

Or, si l’on peut effectivement avoir plusieurs favoris (deux, jusqu’à nouvel ordre ou mutation éventuelle de l’espèce humaine consécutivement à l’abus des OGM), personne, jusqu’à présent, n’a pu cultiver au-dessous de son nez plus d’UNE moustache. Ou alors, je demande à voir ! Même remarque pour la barbe, mais c’est curieux, dans ce cas, on ne fait jamais la faute.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :