Philippe Val tire sa révérence

Publié le par Yves-André Samère

Selon « Le Canard enchaîné » de cette semaine, Philippe Val, qui n’est plus directeur de France-Inter, s’est néanmoins accroché à son fauteuil – détail qu’on n’a pas entendu mentionner sur la radio qu’il dirigeait. Il a fini par s’en aller, mais pas comme tout le monde.

Habituellement, quand un dirigeant quitte son poste, il organise une petite cérémonie d’adieu pour ses collaborateurs (on appelle ça un « pot d’adieu », expression que je trouve ridicule, car elle fait trop penser à une autre sorte de pot). En bref, il paie à boire à tout le monde, fait un petit discours, certains lui répondent sur un mode plus ou moins ému ou hypocrite, on lui remet parfois un petit cadeau, puis il range ses affaires et s’en va. Philippe Val, non.

On sait que Val était détesté de tous ceux qui l’approchaient, aussi se calfeutrait-il dans son bureau et n’en sortait quasiment jamais, laissant son adjointe Laurence Bloch se débrouiller avec la piétaille. C’est d’ailleurs elle que le nouveau PDG a choisie pour le remplacer. Val pouvait donc s’attendre à ce que sa petite cérémonie d’adieu soit un peu boycottée (il n’y aurait eu que Pascale Clark), ou que, pis encore, devenu inoffensif, on le gratifie de quelques sarcasmes. Seule parade : ne pas faire de cérémonie d’adieu, et partir en catimini. C’est moins glorieux, mais plus sûr.

Val a donc fait ses adieux à France Inter... par courrier électronique. Le texte, interminable, est ICI, et il serait dommage de rater ce monument d’hypocrisie.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
C’est Victor Hugo en exil.
Répondre
D
Je suis en larmes.
Répondre
Y
Je le crains. Pourtant, on avait eu un petit espoir, en apprenant que Frédéric Schlesinger chapeauterait toutes les chaînes de Radio France. C’est lui qui avait fourni à Didier un statut spécial,
où il n’était pas payé par le Fou du Roi, mais directement par France Inter. Preuve qu’on tenait à lui, à l’époque.
Répondre
T
Vu le nom de celle qui lui succède, ce n'est pas encore que l'on réentendra Didier Porte sur France Inter.
Répondre