Pinocchio est maire !

Publié le par Yves-André Samère

On se doute bien que tous les maires de France mentent à leurs administrés, ou font leur publicité personnelle aux frais de ces derniers : pas besoin de s’appeler Balkany pour ça. Comment voudriez-vous faire de la politique sans cette commodité que tout le monde semble estimer naturelle ? Pour ce qui est de la pub payée par les électeurs, je suis bien placé : dans mon arrondissement, le maire, Jean-François Legaret, membre de l’UMP, ne laisse pas passer la moindre semaine sans envoyer à tous ses administrés une invitation gravée sur bristol, à laquelle ils ne pourront probablement pas se rendre parce qu’ils s’en fichent ou parce que la place manquera (il faut confirmer par téléphone). Encore une, cette semaine, avec affranchissement à 49 centimes, toujours à nos frais, pour commémorer l’appel du 18 juin.

Mais, du côté de l’Hôtel de Ville, où trône la mairesse élue de toute la capitale, on ne fait pas mieux, et la grande affaire, c’est la rénovation des Halles. Vous êtes amateurs de mensonges flagrants ? Lisez donc cette prose reçue cette semaine également, extraite d’un opuscule de vingt-quatre pages en quadrichromie intitulé Demain les Halles. C’est en pages 4 à 7, sous le titre Le Rambuteau nouveau est arrivé (Rambuteau, c’est le nom de la rue où cela se passe et qui borde le Forum des Halles) :

Première des trois nouvelles connexions entre la rue et la gare Châtelet-Les Halles, l’accès Rambuteau a été entièrement ouvert au 1er février 2014. [...] La jonction entre la rue Rambuteau et la salle d’échanges du RER est pleinement établie depuis début février. [...] Avant, on y pénétrait par un couloir d’une vingtaine de mètres, sombre et quelque peu anxiogène. [...] Aujourd’hui, la ville du dessous a pignon sur rue : escalators, escaliers et ascenseurs débouchent au droit de la chaussée, à l’aplomb de la future façade de la Canopée. [...] Outre les déplacements des escalators et des ascenseurs entre la rue et le niveau -3 et la création d’escalators entre les niveaux -3 et -4, un travail architectural a été mené.

Donc « l’accès Rambuteau a été entièrement ouvert », ce travail « a été mené », ainsi la jonction « est pleinement établie depuis le 1er février 2014 » – c’est écrit en toutes lettres. Or cette description dithyrambique et qui présente toutes ces innovations comme accomplies a le petit inconvénient d’être purement imaginaire. Après avoir lu ces inepties, moi qui passe tous les jours par le Forum et connais l’endroit comme ma poche, je me suis frotté les yeux, pensant avoir raté quelque chose, puis je me suis précipité jusqu’à la rue Rambuteau et la fameuse jonction, histoire de constater de visu l’existence de ces merveilles que j’avais ainsi ratées. Mais RIEN de tout cela n’existe ! Cela existera peut-être dans quelques mois ou quelques années, mais, à ce jour, le fameux accès direct entre la rue et la gare du RER brille par son absence. Sont toujours présents les trois escalators, qui sont là depuis plus de trente ans, un par niveau, permettant de descendre au sous-sol, ce qui prend plusieurs minutes (le RER est au niveau -4, ce qui n’arrange rien), et la seule modification évidente, c’est qu’on a décoré de tubes luminescents les rampes qui les bordent, histoire de gaspiller un peu plus d’électricité, dont la Ville n’est pas avare.

(Mais j’y songe soudain : dans le texte que je vous ai soumis, il y a bien le mot aplomb, non ? Tout s’explique !)

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :