Plouc

Publié le par Yves-André Samère

Si vous écoutez encore Frédéric Lopez sur France Inter, vous n’avez pas pu rater sa manie : tous les jours, absolument TOUS LES JOURS, qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige, il pose cette question à l’invité du jour : « Est-ce que vous passez un bon moment avec nous ? ».

Franchement, là, les yeux dans les yeux puisque c’est la mode, dites-moi, avez-vous JAMAIS entendu un seul invité qui réponde : « Non, en votre compagnie, je me fais prodigieusement suer » ?

Autrement dit, celui qui a posé la question force la main du questionné, car il semble quêter un compliment... lequel, sans surprise, arrive aussi sûrement qu’arrivera bientôt votre feuille d’impôts. À ce type de question, on ne répond jamais par la vérité. C’est un peu comme lorsque vous êtes invité à dîner chez des gens que vous connaissez à peine : iriez-vous dire à la maîtresse de maison que son rôti était brûlé, que son vin sentait le bouchon et que son café semblait avoir été fait avec des pois chiches grillés ? Non, vous allez vous faire vomir dans le bistrot le plus proche dès votre sortie de table, et vous commandez un bon demi pression avec un jambon-beurre.

Donc, le questionneur possède des manières de type mal élevé. Ou de crétin des Alpes.

Mais on ne peut imaginer que Frédéric Lopez soit mal élevé.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
C’est ce qu’il m’inspire depuis longtemps. Si seulement ses chefs le voyaient de la même façon...
Répondre
D
Très bien votre titre.
Répondre