Pour le gaz de schiste !

Publié le par Yves-André Samère

J’avais l’intention hier d’écrire une notule en faveur de l’extraction du gaz de schiste, mais j’entends ce matin, dans la revue de presse de France Inter, qu’un autre a eu le même idée, argüant de cette prévision faisant des États-Unis, qui n’ont pas nos pudeurs de rosière, et dans quelques années, un pays autosuffisant en matière d’énergie. Les grands esprits se rencontrent...

Donc, sans reproduire en rien ce qui a été dit et que d’ailleurs je n’ai guère écouté, voici ce que j’en pense.

Non seulement étudier la question des problèmes posés par cette extraction, réputée polluante à l’heure actuelle, ne peut pas être éludée, sauf à vouloir plaire aux écologistes qui ne connaissent rien en dehors de leurs dogmes, mais les arguments en faveur d’un changement de politique française ne manquent pas. En tout cas, j’en vois un qui n’a rien à voir avec la pollution, et il s’agit de politique étrangère.

Actuellement, nous faisons des bassesses pour ne pas déplaire aux dictateurs du Golfe, qui, en sus de leur or noir, déversent sur notre pays des flots d’argent leur permettant de faire la loi chez nous. Voyez plutôt le Qatar, qui achète tout à Paris. Voyez comme nous nous appliquons à ne pas froisser l’Arabie Saoudite, pays où l’on décapite au sabre les condamnés à mort le vendredi, où toute religion autre que l’islam est interdite, et où les femmes sont traitées de manière indigne. Tout cela, parce que ces pays pourris ont de l’argent. Et cet argent, c’est nous qui le leur versons à gogo, parce que contraints et forcés.

Par conséquent, exploiter notre gaz de schiste, qui est abondant, nous permettrait de ne plus entretenir les monarchies dictatoriales de cette région – au moins, de réduire nos dépenses à leur profit. De quoi rabattre le caquet des dictateurs du coin, qui connaîtraient enfin un avant-goût de la dèche. Devenus un peu moins insolemment riches, peut-être seraient-ils au bord d’être enfin renversés par leurs populations, et ce qu’on a improprement appelé ailleurs « les révolutions arabes » se produirait aussi chez eux.

Au fond, ce serait un service rendu à tout le monde.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
Sur ces monarques, pauvres milliardaires (« Vol 714 pour Sydney ») privés du fric des exportations, c’est exactement ce que j’avais écrit. Ravi de voir que j’ai été compris.

Pour la coupe du monde, je m’en balance. Horreur de ces prétendues « grandes causes nationales », qui ne transportent que les gogos (vous avez entendu les musiques aux accents religieux
qui soulignent les pubs pour le foot, à la télé ? C’est un « Te Deum », ou quoi ?). Le sport d’aujourd’hui, c’est les jeux du cirque sous Dioclétien. Manquent que les lions,
dommage, la coutume s’est perdue.
Répondre
K
sans la manne du fric des exportations, je prédis que les monarchies d'Arabie reviendront rapidement à ce qu'elles étaient. Des tribus nomades en chameaux dans le désert.
Mais où irons-nous faire la coupe du monde ?
Répondre
Y
Oui, énergie fondamentale. Au point que les Japonais, qui avaient fermé toutes leurs centrales nucléaires après l’accident de Fukushima, les ont rouvertes. Les hommes préfèreront toujours mourir
dans l’explosion d’une centrale, plutôt que de crever de froid (à petit feu, si j’ose dire) et d’ennui (l’électricité fait fonctionner tout, absolument tout, on ne peut pas s’en passer).
Répondre
D
N'empêche, que la France ou non y participe, cette histoire de gaz de schiste risque à terme de bouleverser les relations internationales. Puisque l'énergie est fondamentale.
Répondre
Y
Le présiblique de la Répudent n’a fait que s’entêter, en répétant ce qu’il avait déjà dit lors de sa prise de fonction. On a l’impression d’être dans l’armée, face à un sous-off qui te hurle
« Démerdez-vous, j’veux pas l’savoir ! ».

Quand tous les pays qui ont du gaz de schiste se seront mis à l’exploiter, nous, en France, on restera les derniers à enrichir la Russie et l’Arabie Saoudite. Espérons qu’en reconnaissance, la
première nous fera des prix sur le caviar – même si je n’en mange pas –, et que la seconde nous enverra des tonnes de couscous et de tagine.
Répondre
J
Ah ben tu vois, il a clarifié la situation hier soir !
Répondre