Première maîtresse

Publié le par Yves-André Samère

Je me suis déjà payé la tête de ces imaginatifs zozos de la presse qui qualifient systématiquement de « première dame » l’épouse du président de la République, et... font déjà de même avec la maîtresse du nouvel élu. J’attends avec impatience le jour où un président homosexuel s’installera à l’Élysée ! Bertrand, tu aurais dû faire un effort.

Répétons donc, puisque la répétition est la base de la pédagogie, que ce titre de première dame n’existe nulle part. Pas même aux États-Unis, histoire de mettre les points sur le « i » aux naïfs qui croient tout ce qui est dans le journal ! Ni le titre, la fonction. Et la Constitution – aussi bien celle de France que celle des États-Unis – ne prévoit RIEN en ce domaine.

Au fond, je ne regrette qu’une chose, c’est qu’Anne Sinclair, qui a confirmé ce que je dis depuis des mois, n’ait pas vu son mari élu à la présidence ; avec elle, au moins, il n’y aurait pas eu d’ambigüité, elle se serait chargée de dire aux journaleux ce qu’il en est en cette matière.

Bref, en ce moment, et changement de locataire élyséen aidant, c’est un festival, on mange de la première dame à tous les repas. Ah, si seulement Valérie avait autant d’intelligence et de franc-parler que sœur Anne ! Carlita en avait, mais elle était trop obnubilée par son Chouchou, et ne songeait qu’à le protéger de tous ces méchants qui voulaient sa peau.

(Histoire de rigoler un coup, je signale qu’aux États-Unis, les journaux utilisent aussi les termes FLOTUS – First Lady Of The United States – et POTUS – President Of The United States. Harmonieux, pas vrai ?)

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :