Principe de précaution

Publié le par Yves-André Samère

Il me semble que c’est Chirac, lorsqu’il était président, qui a imposé le principe de précaution, et que c’était Kouchner l’inventeur de ce principe. L’un et l’autre avaient sans doute de bonnes intentions, mais les bonnes intentions ont souvent des effets pervers, et celle-là est à placer dans cette catégorie.

Bref, à force de vouloir nous protéger contre nous-mêmes, nos dirigeants nous maternent, et cela tourne au ridicule. Bientôt, il faudra un permis de respirer, PUISQUE l’air que nous respirons est pollué. Et, tout comme on impose désormais un éthylotest dans toutes les voitures, plus un triangle à utiliser en cas d’arrêt, plus un gilet jaune fluorescent (à quand les palmes et le tuba, si les routes sont inondées ? Et un pistolet pour envoyer des fusées d’alarme quand le GPS tombe en panne ?), vous pouvez être certains que ces bonnes dispositions ne vont pas s’arrêter là.

Certes, certes, le prétexte est évident : lorsqu’il nous arrive quelque chose de fâcheux, la collectivité nous prend en charge, et ça lui coûte des sous. DONC il faut tout faire pour qu’elle n’ait pas à nous prendre en charge. Corollaire : tomber malade ou être blessé dans un accident, c’est mal. Par exemple, si vous n’avez pas attaché votre ceinture de sécurité, vous risquez gros en cas de heurt, et les frais d’hôpital seront pour les autres. Conséquence : ne pas attacher sa ceinture devient un délit passible d’une amende.

Je sais bien que la ceinture de sécurité fait davantage de bien que de mal, même si certains en doutent, et ce n’est pas de cela que je parle. Mais enfin, que je sache, se suicider n’est pas interdit par le Code pénal, en France. Dès lors, on devrait pouvoir le faire sans que les pouvoirs publics y mettent leur nez.

Mais alors, les frais médicaux pour ceux qui en réchappent et ne sont que blessés ? La logique voudrait que, dans ce cas, ces frais soient réglés par ceux qui ont pris des risques. Autrement dit, vous n’avez pas attaché votre ceinture de sécurité, on ne vous rembourse pas.

Cela s’appelle responsabiliser les citoyens. Vous savez d’avance que tel comportement peut vous valoir tel genre d’ennuis, à vous de décider.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :