Priver les pauvres de leurs allocations ?

Publié le par Yves-André Samère

La sensiblerie me semble être une composante essentielle du caractère français. L’année dernière, si je me souviens bien, le gouvernement, décidé à combattre l’absentéisme scolaire chez les enfants de certaines familles appartenant à la classe sociale qui a le plus besoin de l’enseignement gratuit, laïque et obligatoire, avait annoncé qu’il suspendrait le versement des allocations familiales à ces familles : l’absentéisme est un fléau, tout le monde en convient.

Or la seule annonce de cette mesure provoqua un tollé chez ceux que Pierre Desproges appelait « les humanistes de gauche bien parisiens », qui ne tardèrent pas à prédire qu’on allait « plonger dans la misère des milliers de famille en difficulté ». Bien sûr, il valait mieux ne rien faire, ne rien tenter, laisser courir.

Le gouvernement s’obstina, appliqua sa mesure qui consistait à envoyer aux familles concernés une première lettre d’avertissement, suivie d’un seconde si cela ne suffisait pas. Insistons là-dessus : les allocations familiales ne furent pas suspendues, à ce stade.

Au bout de six mois, on fit le bilan dans 56 départements français. Il s’avéra qu’on avait envoyé 9433 lettres de premier avertissement. Puis, qu’il n’avait fallu envoyer que 1964 seconds avertissements. Conclusion : 7469 familles étaient intervenues pour renvoyer leurs enfants à l’école. Pas si mal, mais il y a une suite.

Lorsque l’ultime bilan fut effectué, on constata que seulement 31 demandes de suspension des allocations familiales avaient été déposées. Et que CINQ furent suivies d’exécution !

Cela valait vraiment la peine de hurler au scandale…

(Je dois ces données chiffrées à François de Closets)

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
Non, et j’en sais quelque chose !<br /> <br /> Cela dit, il y a une différence : l’école est utile, Hadopi ne sert à rien !
Répondre
J
Je vais me faire l'avocat du diable, mais c'est un peu comme Hadopi. Hadopi coûte certes plus cher, mais il n'y a pas encore eu à ma connaissance de coupure de ligne téléphonique.
Répondre