Produits d’épargne taxés

Publié le par Yves-André Samère

De ridicule en ridicule, le gouvernement actuel parcourt son chemin de croix. À quand l’arrivée au Golgotha ? Au soir des élections municipales ?

La dernière trouvaille des génies qui s’occupent de nos finances a été de vouloir taxer les économies des petits épargnants, via le Plan d’Épargne en Actions, le Plan d’Épargne Logement et l’Assurance Vie (laquelle, rappelons-le, n’est PAS une assurance décès, mais une sorte de livret A sans aucun plafond et avec un taux d’intérêt plus élevé, ce qui en a fait le moyen favori des Français pour mettre leur argent à l’abri).

Bien entendu, pour taxer tout cela, il a fallu s’asseoir sur la loi qui les définissait dès leur création, via un effet rétroactif que la Constitution interdit. Un gouvernement qui viole les lois de la République, c’est d’une originalité qu’on n’avait pas vue depuis De Gaulle...

Devant le tollé général, le ministre a fait marche arrière et supprimé de son projet la taxation du PEA et du PEL. Il s’obstine en ce qui concerne l'assurance vie, laquelle, dans son esprit, restera taxée à 15,5 %. Mais on peut compter sur le Conseil Constitutionnel, qui risque fort, de ce beau projet, de faire du petit bois. C’est la grâce que je nous souhaite.

Et que je souhaite à vos héritiers. En effet, l’assurance vie est le SEUL moyen de transmettre, à l’héritier que vous voulez (et pas à vos enfants obligatoirement), tout ou partie de l’argent que vous y avez déposé. Une déclaration à l’organisme qui tient votre compte est suffisante, et la somme héritée ainsi n’était pas taxée. Si cette faveur fiscale qu’est l’absence de taxation est rendue caduque, tous ceux qui le pourront vont s’efforcer d’émigrer vers un pays où les droits de succession n’existent pas ! Au Luxembourg et en Italie, par exemple. Il y aura donc un peu plus d’exilés fiscaux.

Encore en perspective une grande victoire de la gauche !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
Je n’entonne pas le couplet des médias, c’est quotidiennement que je fais le contraire, et je parle de ce que je connais. Si j’ignore tout d’un sujet, je n’en parle pas. Ces trois produits
d’épargne, je les connais.

Or, soyons sérieux, les gens qui ont vraiment beaucoup d’argent, ceux qu’on ne qualifiera jamais de « petits épargnants », ont d’autres moyens que le PEL et le PEA pour arrondir leur
fortune. Les paradis fiscaux et les conseillers du même métal (et très chers) ne sont pas faits pour les caniches.

Le PEL était « récompensé » par un taux d’intérêt déjà assez bas, et qui chutait brutalement au bout d’un certain délai. Il doit y avoir sur Internet des pages qui donnent le détail, et c’est
risiblement édifiant ! Quant au PEA, il ne produit AUCUN intérêt, il y a simplement une absence de taxation sur les plus-values quand on procède à sa sortie... s’il y avait des plus-values sur les
actions qu’il abritait. Or, depuis le début de la crise, la plupart des actions éligibles au PEA ont plongé et génèrent plutôt des moins-values.
Répondre
T
"Petits épargnants", comme vous dites, à la suite de la totalité des médias! Lorsqu'on a de l'épargne à mettre sur ce type de produits (qui font penser, comme le disait F. Lordon, à de la saucisse,
tant on ne sait pas ce qu'ils contiennent), on est déjà plus vraiment un "petit" — les produits d'épargne pour les ménages modestes étant déjà remplis, on le suppose.
Répondre