Proglio rendu schizophrène par Sarkozy

Publié le par Yves-André Samère

L’idée sarkozyenne de nommer Henri Proglio à la tête d’EDF tout en le conservant comme président de Veolia ne pouvait naître que dans le ciboulot d’un inconscient.

En effet, ces deux sociétés, tantôt se font concurrence, tantôt sont alliées dans certains projets, notamment sur l’environnement. Les cas ne doivent pas manquer, où la situation tourne à l’absurde. Imaginez, comme chez Courteline, qu’un avocat soit promu au rang de procureur au cours d’une audience (c’est le thème de sa piécette Un client sérieux). Eh bien, pour Proglio, c’est le procureur qui est en même temps avocat ! Et le renoncement au plus petit de ses deux salaires qui lui a été ordonné par not’ bon maître n’a rien réglé à cette situation ubuesque.

Sarkozy devrait aller plus souvent au théâtre, et pas seulement pour voir Clavier dans La cage aux folles.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :