Quand apprendre à lire ?

Publié le par Yves-André Samère

Il n’a pas tort, Luc Ferry : s’agissant de l’école, le plus important, et dont les candidats à l’élection présidentielle ne parlent jamais, c’est le tout début du parcours scolaire. Autrement dit, le cours préparatoire. Question de bon sens ! Si vous voulez grimper sur une échelle, et que manquent les premiers barreaux, vous ne monterez pas bien haut, vous ne monterez pas du tout. Si, dans un immeuble, il n’y a aucun escalier pour grimper au premier étage, comment atteindrez-vous les étages suivants ? Or il est démontré que 80 % des enfants qui n’ont pas appris à lire au CP n’apprendront jamais. C’est autrement plus important que de savoir si l’on doit réformer la Constitution pour en effacer le mot race (bien que j’approuve), ou taxer à 75 % les revenus annuels qui dépassent le million d’euros. Et si 35 % des élèves de sixième sont en difficulté, inutile de chercher plus loin.

Il est donc indispensable de faire redoubler leur classe aux élèves qui n’ont pas appris à lire au cours préparatoire. Humiliant, mais l’école n’a pas été instaurée pour ménager la susceptibilité des parents ; et laisser entrer au CE1 ou au CE2 un gosse qui ne sait ni lire ni écrire, c’est l’envoyer à l’abattoir. Placer la sélection en fin de CM2 (le fameux examen d’entrée en sixième), c’est idiot, car trop tard.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :