Quand Dieu se fout en rogne

Publié le par Yves-André Samère

Nous savons tous que le Dieu de la Bible est infiniment bon, infiniment aimable, comme on nous l’a enseigné au catéchisme, et comme Frigide Barjot nous le rappelle sans cesse dans ses pieuses circulaires. Néanmoins, savoir se mettre en pétard pour une bonne raison, de la part de Dieu, voilà qui devrait nous le rendre encore plus sympathique, s’il était possible. Humain, dirais-je si je ne craignais d’être inconvenant.

C’est pourquoi je ne résiste pas à vous narrer cet épisode hilarant, qui figure dans l’Ancien Testament, Premier livre des Chroniques, au chapitre 3, versets 9 et 10. On raconte dans ce chapitre que le roi David avait décidé de ramener l’arche de Dieu, qui se trouvait alors dans la maison d’Abinadab à Kirjath Jearim, et dont il ne s’était pas beaucoup préoccupé jusqu’alors. On mit donc l’arche « sur un char neuf », que conduisaient Uzza et Achjo. Or, en route, il y eut un petit incident, dont je retranscris le récit sans y changer une virgule : « Lorsqu’ils furent arrivés à l’aire de Kidon, Uzza étendit la main pour saisir l’arche, parce que les bœufs la faisaient pencher. La colère de l’Éternel s’enflamma contre Uzza, et l’Éternel le frappa parce qu’il avait étendu la main sur l’arche. Uzza mourut là, devant Dieu ».

Convenez que ce salopard d’Uzza ne l’avait pas volé !

Cette histoire édifiante m’en a rappelé une autre, qui concerne Alexandre le Grand. Au cours de son interminable expédition en Asie, où d’ailleurs il finit par trouver la mort, Alexandre se trouvait sur un navire, et, par maladresse, fit tomber sa couronne à l’eau. Or chacun sait qu’Alexandre ne savait pas nager. Un matelot plongea pour récupérer la couronne, mais, pour pouvoir nager, il libéra ses mains en plaçant la couronne sur sa tête. Dès qu’il fut récupéré, Alexandre le fit mettre à mort pour s’être permis ce crime de lèse-majesté.

Tout est grand aux grands. Alexandre n’avait pas lu la Bible, mais il aurait pu contribuer à l’écrire !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :