Quand les andouilles voleront...

Publié le par Yves-André Samère

Le grand honnête homme qu’est François Fillon passe ses week-ends dans sa maison de la Sarthe, à 220 kilomètres de Paris. Normalement, la Sarthe, c’est à une heure de TGV. Mais Fillon préfère prendre l’avion, bien entendu !

Vous me direz qu’il a le droit – le droit légal n’est pas le droit moral –, parce que le règlement gouvernemental le lui permet. Je vous rétorquerai que le règlement qui autorise un Premier ministre à engloutir 27 000 euros par déplacement, puisque c’est ce que coûte le voyage, aurait sérieusement besoin d’être revu.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Yves-André Samère 26/02/2011 17:50


Privilège de « happy few », à quoi s’ajoute cette manie française : on peut le faire, DONC on le fait !


DOMINIQUE 26/02/2011 17:42


Mais oui, quand on habite Paris, aller prendre l'avion à Vélizy-Villacoublay (je suppose) plutôt que d'aller à Montparnasse, puis aller de l'aérodrome (qui n'est pas en centre ville, ou alors j'ai
raté un épisode) à son domicile, c'est d'une logique imparable. Il économise son temps ?
J'en doute.