Quel génocide ?

Publié le par Yves-André Samère

Il doit bien exister trois ou quatre lecteurs qui fréquentent quotidiennement ce bloc-notes (oui, d’habitude, j’écris « deux ou trois », mais leur nombre augmente à une telle vitesse que je ne vais pas tarder à devenir aussi prétentieux que Guy Bedos). Et ceux-là n’ignorent pas l’importance que j’attache à l’emploi du mot juste. Que, par exemple, je ne confonds pas épingler avec dénoncer

Or, ce matin, sur France Inter, il a été question de la discussion, à l’Assemblée nationale, d’un projet de loi tendant à condamner toute négation d’un génocide, la Turquie étant visée par la seule volonté de Sarkozy, lequel rame comme un perdu pour piquer quelques voix au Front National, au grand dam de Juppé, qui est le contraire d’un excité. Tout ce qu’il va y gagner, le malheureux Sarkozy, c’est qu’à force de lui faire de la publicité, Marine Le Pen va se retrouver présente au second tour de l’élection présidentielle, que François Hollande sera ainsi élu dans un fauteuil, et que lui-même va connaître la honte de sa vie.

Revenons donc à France Inter et au ministre que la station avait invité : il a dû subir la question d’un auditeur excité, qui lui a demandé si l’on comptait aussi condamner la France pour avoir commis un génocide en Algérie.

On ne peut pas, quand on pilote à la radio une émission-téléphone, éviter les questions des imbéciles. Et celle-là était un bijou digne de figurer dans la vitrine de Van Cleef et Arpels, place Vendôme (publicité non payée).

Par chance, ledit ministre, dont je n’ai pas noté le nom, devait être rompu à ces questions de vocabulaire, et il a eu beau jeu de rappeler à l’andouille au téléphone qu’un génocide, cela consiste à réaliser une politique d’extinction complète et programmée d’une population donnée. La « solution finale » envisagée par Hitler était bien un génocide, puisqu’il s’agissait uniquement de faire disparaître tout Juif de la surface de la Terre. Or, jamais la France n’a commis de génocide, pas plus en Algérie d’ailleurs. Il y a eu en Algérie une guerre, hypocritement rebaptisée « opérations de maintien de l’ordre » pour des raisons techniques (une armée régulière étant tout de même soumise à certaines conventions, par exemple celle de Genève, gênantes pour l’efficacité, en l’occurrence), mais à aucun moment il n’a été dans les intentions du gouvernement français de faire disparaître tous les Arabo-musulmans de ce pays. Ledit gouvernement français, d’ailleurs, et sous la pression internationale, a dû se résoudre à négocier avec les représentants de ceux qu’il combattait, concession qu’on n’a pas vu se produire entre les Juifs et les nazis !

Il y a bien eu un génocide au Ruanda et dans l’ex-Yougoslavie, en effet. Mais ce genre d’évènement est heureusement rare, et on voit mal les Français, qui vivent dans une démocratie à laquelle ils tiennent et qui sont soumis à des lois, tomber là-dedans.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :